Yémen: interdiction des motos à Sanaa de crainte d’attentats

(Belga) Les autorités yéménites ont interdit à partir de dimanche aux motos de circuler à Sanaa pour prévenir d’éventuels auteurs d’attentat d’utiliser ce mode de transport qui facilite leur fuite.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur a confirmé que l’interdiction entrait en vigueur dimanche et jusqu’au 15 décembre, en application d’une décision du haut comité de sécurité destinée à « faire régner la sécurité et la stabilité ». Cette interdiction était strictement appliquée dimanche, selon un correspondant de l’AFP qui a constaté la disparition des motos des rues de Sanaa. Les motos étaient nombreuses à arpenter la ville où elles sont utilisées comme des taxis mais servent également à perpétrer des attentats, dont les auteurs disparaissent vite dans le flot de la circulation. L’attentat le plus récent à Sanaa, dont les auteurs ont utilisé des motos, s’est produit le 26 novembre et a coûté la vie à un Bélarusse, présenté comme un expert militaire travaillant au Yémen sous contrat privé. Quelques jours auparavant, un député représentant la rébellion zaïdite (chiite) au dialogue national a été abattu par deux hommes circulant à moto. Des centaines de motards, mécontents de cette décision, ont manifesté samedi près du domicile du président Abd Rabbo Mansour Hadi à Sanaa avant d’être dispersés par la police qui a utilisé des jets d’eau et des gaz lacrymogènes. L’un des responsables de la sécurité à Sanaa, le colonel Yahia al-Akouaa, a expliqué que la décision était destinée à « empêcher de nouveaux attentats à Sanaa de crainte d’une recrudescence de ce genre d’attaques alors que la dialogue national approche de sa fin ». (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content