. © Getty

Vaccin covid : quels pays exigent une dose booster pour les 12-17 ans?

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste au Vif

Mercredi, la Conférence interministérielle (CIM) santé n’a pas conclu d’accord sur l’administration d’une dose booster pour les jeunes de 12 à 17 ans. A quelques semaines des vacances de Carnaval, cette absence d’accord ne soulève pas seulement des questions d’ordre sanitaire, mais aussi d’ordre touristique.

Plusieurs pays européens, tels que l’Autriche, exigent un certificat de vaccination complet, y compris pour les 12-17 ans. Les jeunes qui se sont fait vacciner rapidement sont maintenant « les dindons de la farce », dénonçait mercredi l’agence de voyages « Jongerentravel » qui organise des vacances au ski en Autriche pour 1.500 jeunes lors des prochaines vacances de Carnaval.

La semaine dernière, le Conseil supérieur de la Santé (CSS) avait décidé d’attendre la recommandation de l’agence européenne du médicament (EMA) et des évidences scientifiques plus nombreuses avant de formuler une opinion concernant ce booster. La dose booster pour les 12-17 ans n’étant pas mentionnée dans la notice des vaccins, il s’agirait d’une « utilisation off-label ».

Le CSS estime que les évidences scientifiques soutenant l’administration d’une dose booster du vaccin Covid-19 pour les enfants et les adolescents âgés de 12 à 17 ans, particulièrement dans le contexte d’Omicron, sont insuffisantes.

Pas la procédure prévue

Plusieurs pays européens ont décidé de se passer de l’avis de l’EMAet d’administrer la dose booster aux 12-17 ans. « Ce n’est pas la procédure prévue. Normalement, on attend que l’Europe et les autorités de régulation prennent une décision et donnent le feu vert. Ensuite, chaque pays est libre de suivre cet avis ou pas. Cependant maintenant, une série de pays ont pris cette décision », explique Pierre Van Damme, épidémiologiste et spécialiste de vaccins (Université d’Anvers) à la VRT.

En Autriche, tous les voyageurs de plus de 12 ans doivent présenter une preuve de vaccination ou de guérison. Ils doivent également présenter la preuve qu’ils ont reçu une dose supplémentaire de vaccin. Depuis le 1er février, la validité du certificat de vaccination de base est de 6 mois, pour les adultes, et de 7 mois pour les 12-17 ans.

Cela signifie qu’un jeune qui a reçu sa deuxième dose de vaccin le 1er juillet ne dispose pas d’un certificat vaccinal valable en Autriche. En l’absence d’un certificat ce guérison, il devra s’enregistrer et se mettre en quarantaine jusqu’au ce qu’il dispose d’un test PCR négatif.

L’Italie exige également un certificat de vaccination complète, un test négatif ou un certificat de rétablissement pour entrer sur son territoire. Si le certificat exigé à la frontière est valable neuf mois, il faut un certificat de vaccination de six mois (ou un certificat de rétablissement) pour presque tous les lieux, services et activités (y compris les hôtels, bars, restaurants, transports en commun et vols intérieurs). Seuls les commerces essentiels sont accessibles sans certificat.

La France, l’Allemagne, l’Angleterre, la Suisse, le Luxembourg, le Portugal, la Pologne, et la République tchèque recommandent la dose de rappel aux 12-17 ans, mais ne la rendent pas obligatoire. Pour l’instant, un certificat de base suffit donc pour les jeunes qui souhaitent se rendre dans un de ces pays.

Crainte de contaminations délibérées

Le ministre flamand de la Santé Wouter Beke (CD&V) presse le Conseil supérieur de la santé à prendre une décision rapidement. Il craint en effet que des jeunes désireux de partir skier pour les vacances de Carnaval se fassent contaminer délibérément pour obtenir un certificat de rétablissement.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content