Willy Borsus © Reuters

Une pétition contre l’exportation d’armes remise à Willy Borsus par Amnesty International

Plus de 50.000 signatures contre l’exportation d’armes à des pays coupables de violations des droits humains ont été remises mardi matin à Namur au ministre-président wallon, Willy Borsus, a indiqué Amnesty International.

Les signatures ont été apportées dans des caisses de munitions ornées de coq ensanglantés, devant la siège du gouvernement wallon. Pour l’occasion, les membres d’Amnesty International portaient également des masques de coq. « Nous sommes venus nous faire l’écho des dizaines de milliers de personnes qui disent stop à l’exportation à des pays tels que l’Arabie-Saoudite », a expliqué Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International. « Il est grand temps que cesse ce commerce immoral et que la Wallonie rende toute sa fierté au coq hardi ».

Conformément au décret wallon, l’organisation appelle la Région à instituer formellement la Commission d’avis, dont le rôle est d’évaluer les risques que peuvent représenter les transferts d’armes et leur impact en matière de droits humains. « M. Borsus nous a affirmé avoir une nouvelle fois refusé des licences cette semaine », a précisé le responsable d’Amnesty International. « Il s’est par ailleurs montré réceptif à notre volonté de revenir avec des propositions visant à renforcer l’accès à l’information et le pouvoir de contrôle du Parlement en la matière ».

Le ministre-président est actuellement le seul responsable de l’octroi ou du refus d’une licence. M. Hensmans demande en outre que les rapports détaillant les décisions d’octroi soient publiés mensuellement, et non annuellement.

Partner Content