Une heure sans lumière dans le monde contre le réchauffement climatique

(Belga) L’Opéra de Sydney a été le premier édifice célèbre dans le monde à marquer samedi (à 10h30 heure belge) l’opération « Earth hour » — une heure sans lumière — qui mobilise la planète contre le réchauffement climatique chaque année depuis 2007.

A 20H30 locales, bâtiments et monuments de plus de 150 pays devaient être éteints pendant une heure pour marquer la plus grande manifestation écolo du monde à laquelle des centaines de millions de personnes devaient également prendre part. Dans le noir, donc, le port de Sydney, la porte de Brandebourg à Berlin, les chutes du Niagara, la tour la plus haute du monde Burj Khalifa à Dubaï, les remparts de Dubrovnik en Croatie, le stade olympique de Pékin, la vieille citadelle d’Erbil au Kurdistan… mais aussi des nouveaux venus comme les places Al-Jundi et Palestine à Gaza, la Petite Sirène de Copenhague, la réplique de la statue du David de Michel-Ange à Florence. A Moscou, le Kremlin se plongera dans le noir, lui aussi pour la première fois samedi soir, à la décision du président Vladimir Poutine. L’illumination nocturne de la cathédrale Basile le Bienheureux aux dômes colorés sur la place Rouge, juste à côté du Kremlin, sera aussi éteinte, tout comme environ 90 autres célèbres bâtiments dans la capitale russe. « Ce qui a commencé à Sydney en 2007 avec deux millions de personnes est devenu une tradition dans tout le pays et dans le monde entier », s’est félicité Dermot O’Gorman, directeur de WWF-Australie. L’opération a été lancée par le WWF en 2007 en Australie, où cette année le mot d’ordre est « d’éteindre pour de bon » et se convertir aux énergies renouvelables. D’ailleurs, l’opéra de Sydney, qui a lancé ce mouvement, n’a pas été éteint samedi, mais enveloppé d’un halo vert. Les célèbres tours Petronas de Kuala Lumpur, le Nid d’oiseau à Pékin et la tour Burj Khalifa à Dubaï suivront le mouvement. (CLA)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content