Une crèche à Overijse obligée de fermer parce qu’on y parle trop de français?

Erik Raspoet Journaliste Knack

Selon La Libre Belgique, la crèche Pinocchio à Overijse doit fermer ses portes parce qu’elle n’emploie pas de personnel néerlandophone. Est-ce la seule raison pour laquelle elle doit fermer ? Le point.

La crèche Pinocchio à Overijse doit fermer ses portes le 13 juillet au plus tard. Selon La Libre, le non-respect de la législation linguistique est le principal motif de révocation de la licence d’exploitation. Il n’y aurait pas assez de personnel néerlandophone dans la crèche. Les parents, tous francophones sauf un, ont été informés par l’Agence par lettre le 13 juin. Un mois semble un délai raisonnable pour chercher une alternative, mais les places disponibles sont très rares dans la périphérie de Bruxelles.

Pinocchio est l’une des 17 crèches de NeoKids, filiale de la chaîne française du même nom qui embrasse la pédagogie Montessori. NeoKids n’a fait son entrée sur le marché belge que l’année dernière grâce à l’acquisition de Crèches de Belgique. Le groupe est principalement actif à Bruxelles et dans ses environs, mais il gère également des crèches à Hoeilaert et à Anvers. « Certains des parents touchés sont venus nous voir », déclare la bourgmestre d’Overijse Inge Lenseclaes (N-VA). « Nous faisons ce que nous pouvons pour les aider. Nous n’avons pas de crèche communale, mais nous disposons d’un réseau de parents d’accueil indépendants. La commune n’est pas impliquée dans la procédure, mais Lenseclaes n’est pas surprise. « Les problèmes datent d’avant la reprise « , dit-elle. « L’Agence Opgroeien n’ordonne pas une fermeture sans raison. Apparemment, la crèche était en processus d’accompagnement depuis des années. En outre, plusieurs avertissements ont été envoyés. Écoutez, si vous êtes actif en Flandre et que vous recevez des subventions flamandes, il est normal que vous respectiez les conditions de licence flamandes. La langue en fait partie. Nous n’en serions jamais arrivés là s’ils avaient employé au moins une personne néerlandophone comme point de contact. Mais il ne s’agissait pas seulement de la langue, il y avait d’autres problèmes. »

C’est ce que confirme Nele Wouters, porte-parole de l’Agence Opgroeien. « Le manque de connaissance du néerlandais n’est même pas le motif le plus important », dit-elle. « Nous étions surtout préoccupés par la sécurité. L’Agence investit beaucoup dans la prévention. Que se passe-t-il si un incendie se déclare chez les voisins ? Comment signalez-vous qu’un enfant se retrouve accidentellement dans la rue, et quelles mesures prenez-vous pour éviter que cela ne se reproduise ? Nous publions des scénarios à ce sujet, mais ici, nous avons remarqué qu’ils n’étaient pas pris en compte. Parce qu’ils ne comprenaient pas la langue d’instruction? Peut-être, mais il n’y a pas eu non plus de transparence chez les responsables. Nous leur avons offert la possibilité de rectifier la situation par le biais d’un trajet de mise en oeuvre, mais malgré beaucoup de bonne volonté, cela n’a pas abouti ». Wouters confirme que d’autres crèches flamandes de NeoKids ont été soumises à un trajet de mise en œuvre. Selon les sources de Knack, c’est déjà le cas pour Bambi, le deuxième établissement, plus grand, d’Overijse. Chez NeoKids, nous entendons dire qu’il est presque impossible de trouver du personnel néerlandophone dans la périphérie bruxelloise.

Partner Content