Thierry Bodson. © Belga

Thierry Bodson (FGTB) : « Les employeurs et les employés sont pris en otage »

Han Renard

Thierry Bodson, le Secrétaire général de l’interrégionale Wallonne de la FGTB, craint que la crise politique en Wallonie mette également en danger la paix sociale.

« Maintenant que le cdH de Benoît Lutgen veut sortir le PS d’Elio Di Rupo des gouvernements bruxellois et wallons, les employeurs et les employés sont retenus en otages », déclare un Thierry Bodson en colère. Il fait référence à la profonde réforme wallonne des aides à l’emploi – conséquence de la sixième réforme de l’Etat – qui entrera en vigueur le 1er juillet. « Cela concerne des dizaines de milliers de travailleurs. La question est : sera-t-elle correctement mise en oeuvre ? Les hommes politiques sont humains, vous savez. Le cdH affirme que le gouvernement wallon continuera à travailler comme si de rien n’était. Mais cela peut-il être le cas, avec une si grande rupture de confiance entre les partenaires du gouvernement ? ».

Bodson est également préoccupé par deux grandes entreprises wallonnes en difficulté, Durobor à La Louvière et Idem Papers, dans le Brabant-Wallon. « Chez Durobor, nous sommes déjà en négociations avec un repreneur. C’est un dossier complexe. Je ne pense pas qu’un nouveau ministre wallon de l’Economie pourrait suivre ces dossiers de manière intelligente ».

Si c’est le MR qui commande, je retiens mon souffle.

Les critiques pensent que l’homme de la FGTB essaie de voler à la rescousse de ses amis politiques du PS. Bodson rejette ces accusations. « Je suis un homme indépendant. Dans le passé, j’ai souvent vivement critiqué Elio Di Rupo. Mais tout le monde pourra reconnaitre en Wallonie, et les chefs d’entreprise également, que le gouvernement wallon actuel a parfaitement respecté le dialogue social au cours des trois dernières années. Un peu comme c’était le cas avant au niveau belge. Si c’est le MR qui commande, je retiens mon souffle. Serons-nous encore capables de maintenir la paix sociale ? ».

« Que vous le vouliez ou non, explique Bodson, la Wallonie est essentiellement à gauche. Regardez les récents sondages. La moitié de l’électorat wallon a l’intention de voter pour un des trois partis francophones de gauche : PS, PTB ou Ecolo. Le MR, selon les mêmes sondages, représente à peine un quart de l’électorat. SI la Wallonie est demain dirigée par un gouvernement mené par un parti de droite, je trouve que cela pose problème ».

« Quand un gouvernement régional ou communautaire tombe, on finit par se retrouver dans un flou juridique. Pour la Wallonie, la crise actuelle est une très mauvaise chose ».

Partner Content