© iStock

Test covid : est-ce un ordinateur qui va bientôt déterminer si vous devez vous faire tester ?

Muriel Lefevre

Pour soulager les médecins généralistes et assouplir la politique de testing, le gouvernement souhaite introduire un questionnaire en ligne pour les personnes qui voudraient se faire tester.

Face à des médecins débordés, des chiffres en hausse et la saison des rhumes et de la grippe qui s’annonce, le gouvernement estimait urgent de trouver des solutions pour assouplir la stratégie de dépistage. C’est pourquoi, mercredi, les différents ministres de la Santé ont donné leur feu vert pour un système qui va permettre de déterminer en ligne, à l’aide d’un formulaire ou une application, si l’on doit se faire tester en cas de doute. Les personnes qui craignent une infection au covid devront saisir leurs symptômes et ce sera un algorithme qui, en fonction des réponses, déterminera si elles devront être testées ou non. Le cas échéant, la personne recevra un code qu’elle devra présenter dans l’un des centres de test ou à la pharmacie. Ce n’est qu’en cas de test positif, que l’on sera redirigé vers son médecin traitant. Ce système devrait être actif dans les semaines à venir.

Seule une personne sur cinq qui a des symptômes se ferait tester

Ce système devrait soulager les médecins et réduire le travail administratif très chronophage lié aux tests, mais il devrait aussi pousser plus de gens à se faire tester. Il semble en effet que beaucoup de personnes qui ont des symptômes hésitent encore à se faire tester et rechignent à contacter un médecin. Ainsi, seuls 20% des personnes se plaignant de symptômes consulteraient leur médecin. En simplifiant l’obtention d’un test, les autorités espèrent que plus de gens iront se faire tester.

Un rhume peut cacher une infection au covid

Les experts encouragent tout le monde à se faire tester s’ils ont au moins deux symptômes (fièvre, mal à la gorge, toux ou une sensation de froid) même légers ou une toux sèche. Comme le rappelait encore le virologue Steven Van Gucht, le diagnostic est aujourd’hui rendu encore plus difficile par le fait que, grâce à la campagne de vaccination et au nombre croissant de personnes doublement vaccinées, la forme la plus courante du covid est sa forme légère. Les personnes infectées ne ressentent pas ou peu de symptômes. La plupart n’ont qu’une toux sèche et une fièvre légère et, parfois, des yeux un peu larmoyants. Cela a pour conséquence qu’aujourd’hui, selon Van Gucht, « près d’une personne sur dix qui présente les symptômes du rhume ou de la grippe est toujours positive au test covid« .

Les experts rappellent également que les personnes qui ont des symptômes, mais ne se font pas tester doivent se montrer prudente et éviter les contacts. En cas de doute, il est aussi possible de faire des autotest disponibles en pharmacie. Rappelons que les pharmacies réalisent déjà des tests antigéniques rapides pour les personnes souhaitant voyager ou se rendre à un événement de masse. Depuis le 12 juillet, quelque 2.500 des 4.700 officines du pays proposent en effet des tests antigéniques à la population. Depuis lors, quelque 430.000 tests ont été réalisés auprès de citoyens asymptomatiques. A partir de novembre, elles vont également dépister les personnes présentant des symptômes du SARS-Cov-2 à l’aide de tests antigéniques rapides. Les résultats de tels tests sont connus dans les 15 à 30 minutes. Comme chaque pharmacie est libre de réaliser ou non ces tests de dépistage rapide, il est préférable de prendre contact au préalable avec votre pharmacien.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content