. © Belga

Surmortalité : « Notre pays a plutôt bien géré la pandémie »

Jeroen De Preter Rédacteur Knack

Près de deux ans après le premier cas de coronavirus survenu dans notre pays, les derniers chiffres de la mortalité donnent une image souvent surprenante du nombre de décès survenus à ce jour. En Belgique, le chiffre n’est pas loin de la moyenne européenne. Grâce à notre couverture vaccinale, et malgré notre situation géographique.

Il y a presque deux ans, le 2 février 2020 pour être précis, Philip Soubry, un Belge de 55 ans, est évacué de la ville chinoise de Wuhan. Le lendemain, il est le premier compatriote à tester positif à ce qu’on appelle alors « le nouveau coronavirus ». Soubry est immédiatement placé en quarantaine à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, d’où il a déclaré que la nourriture n’était « pas terrible ». « Mais heureusement, j’ai deux Leffe ».

Près de deux ans et cinq vagues d’infection plus tard, plus personne ne rit. Le « nouveau coronavirus » a provoqué une pandémie qui s’est avérée beaucoup plus mortelle que prévu. Mais à quel point était-elle mortelle? Et est-il vrai que l’épidémie a frappé notre pays beaucoup plus durement qu’ailleurs ?

Pour répondre à ces questions, les chiffres officiels sur le nombre de décès de covid ne sont certainement pas l’outil le plus fiable. Dans de nombreux pays, un décès dû au covid n’est enregistré que si un test positif a précédé le décès, ou bien seuls les décès survenus à l’hôpital sont comptabilisés. En outre, les chiffres officiels ne tiennent pas compte des victimes « indirectes » : les personnes atteintes d’autres pathologies qui, en raison de la surcharge du système de soins de santé, ont été privées d’un traitement susceptible de leur sauver la vie.

Une image plus complète de l’impact réel apparaît lorsque l’on examine la mortalité excédentaire ou déficitaire, c’est-à-dire la différence entre le nombre total de décès recensés depuis le début de la pandémie dans un pays donné et le nombre de décès recensés au cours des années précédant la pandémie.

« La surmortalité est la différence avec la mortalité à laquelle on pourrait s’attendre si l’on se base sur les années précédentes », explique le démographe sanitaire Patrick Deboosere (VUB). « Comme presque tous les pays disposent de ces chiffres, c’est un bon instrument pour la recherche comparative internationale. Il s’agit également d’un indicateur assez fiable de l’impact réel du covid dans un pays. Il est certain que dans les pays où l’enregistrement est insuffisant, la mortalité donne une image beaucoup plus précise. Aux États-Unis, par exemple, environ 800 000 décès de covid ont été enregistrés à ce jour, tandis que le taux de surmortalité dépasse le million. Cela indique que le chiffre officiel est largement sous-estimé. »

Canicule

Cependant, une analyse basée sur la surmortalité n’est pas totalement étanche. « Il faut toujours vérifier s’il n’y a pas d’autres causes possibles », explique Deboosere. « Pensez à la guerre civile en Somalie ou, à une échelle plus limitée, à la vague de chaleur qui a provoqué environ 2 000 décès supplémentaires dans notre pays au cours de l’été 2020. »

Le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt et KU Leuven) souligne les distorsions possibles. Dans un quartier densément peuplé de Calcutta, on peut s’attendre à ce que tous les décès ne se retrouvent pas dans les statistiques. Mais en général, ces chiffres sont un bon indicateur. La mortalité ne ment pas. Ces chiffres nous apprennent que l’impact du covid est largement sous-estimé dans la plupart des pays. L’université américaine Johns Hopkins rapporte le nombre de décès dus au covid sur la base de chiffres officiels. Ils sont 3,5 fois inférieurs aux chiffres de mortalité publiés par l’hebdomadaire britannique The Economist.

Molenberghs se réfère au tracker sur la surmortalité de The Economist, une source peu contestée. « The Economist utilise une combinaison d’apprentissage automatique et de techniques statistiques classiques », explique Molenberghs. « Il est ainsi possible de dresser une carte assez précise de la surmortalité pays par pays. Ils peuvent le faire parce qu’ils disposent d’un staff de scientifiques important, plus important même que celui de certaines universités ».

En étudiant les données de l’Economist, un constat important s’impose rapidement : dans la grande majorité des pays, la mortalité est considérablement plus élevée que le nombre de décès covid enregistrés. A l’inverse, dans des pays comme la Belgique, la Suède, le Chili et la France, le taux de surmortalité est beaucoup plus faible que le nombre de morts covid enregistrés. L’explication se trouve principalement dans l’enregistrement. « Si un médecin belge établit que vous avez des symptômes », dit Deboosere, « cela suffit pour être enregistré comme patient covid ou, si cela tourne mal, comme mort du covid. Chez nous, surtout lors de la première vague, un test n’était pas nécessaire pour un enregistrement. »

La différence entre le nombre de décès belges enregistrés (environ 28.000) et la surmortalité (environ 24.000) indique-t-elle une surestimation ? Non, disent à la fois Molenberghs et Deboosere. Molenberghs : « Cette différence peut s’expliquer par un groupe d’environ 15% qui serait mort la même année si le covid n’avait pas existé. Mais c’est un groupe relativement petit. Il est donc également incorrect de dire que la surmortalité d’une année sera la sous-mortalité de l’année suivante (une affirmation du président de la N-VA, Bart De Wever). Il est certain que la grande surmortalité de 2020 dans notre pays a eu un effet modérateur sur la surmortalité de 2021. C’est ce que nous appelons l’effet moisson : si vous récoltez tôt, il y aura un peu moins d’argent pendant la période de moisson réelle. Mais cet effet n’a pas empêché notre pays d’avoir encore une surmortalité démontrable en 2021 pendant plusieurs semaines. »

Delta mortel

Cette surmortalité aurait été beaucoup plus importante si l’on n’avait pas vacciné de manière aussi assidue dans notre pays. Une comparaison internationale ne laisse guère de doute à ce sujet. Selon le tracker de The Economist, depuis le début de la pandémie, la surmortalité a été la plus élevée en Bulgarie, en Russie et en Serbie respectivement, tous des pays où moins de la moitié de la population a été vaccinée. Ces pays ont eu beaucoup de décès dans la seconde partie de l’année dernière, lorsque le variant delta sévissait. Ce top 3 en dit long sur la puissance meurtrière de ce variant », déclare Molenberghs. « Le variant delta était beaucoup plus mortel que le variant alpha, qui était lui-même plus mortel que le variant Wuhan. Dans notre pays, grâce à une couverture vaccinale élevée, nous avons pu inverser cette tendance. Mais dans des pays comme la Bulgarie, la Russie, la Serbie ou la Roumanie, la couverture vaccinale était bien trop faible, ce qui a entraîné des taux de mortalité spectaculaires. Au plus fort de la vague d’infection, la variante delta provoquait chaque jour plus de 25 décès pour 1 million d’habitants dans certains pays d’Europe de l’Est. C’est à peu près la même chose que le taux de mortalité quotidien total en temps normal. »

Les chiffres des États-Unis et du Brésil suggèrent que le leadership du pays joue également un rôle. Un pays comme le Brésil dispose d’un système de soins de santé relativement bon », déclare Deboosere. La différence entre la surmortalité et le nombre de décès dus a covid est faible. Le fait que le pays, tout comme les États-Unis, ait encore un taux de mortalité relativement élevé est certainement aussi lié à ses dirigeants. Un pays dirigé par des politiciens qui écoutent la science et font appel au civisme aura un meilleur résultat qu’un pays dirigé par des dirigeants qui débitent des absurdités non scientifiques.« 

Molenberghs n’en doute pas non plus. « Le déni du coronavirus largement répandu aux États-Unis est lié à l’attitude de l’ancien président Donald Trump’, dit-il. « Les conséquences sont claires. En janvier de l’année dernière, deux fois plus de personnes sont mortes chaque jour que lors des attentats du 11 septembre, alors qu’il s’agissait d’une sous-estimation de la mortalité réelle. En Inde, le président Narendra Modi a joué un rôle similaire. À un moment donné, dans certaines régions de l’Inde, ils n’avaient pas assez de bois pour brûler les cadavres’.

Pas évitable

Ces derniers mois et ces dernières années, il a souvent été dit que le nombre de morts dans notre pays était l’un des plus élevés au monde. « Il y a une constante lors de chaque vague de coronavirus », tweetait assez récemment l’économiste Geert Noels. « La Belgique est toujours au sommet ». Noels a illustré cette affirmation à l’aide d’un graphique basé sur les décès covid enregistrés. Un classement basé sur la mortalité montre toutefois que notre pays, tant en Europe que dans le monde, n’est certainement pas en tête. « Dans l’ensemble, la Belgique a plutôt bien géré la situation« , estime Deboosere. Certes, notre pays a été durement touché lors de la première vague. En Europe, seules la Grande-Bretagne et l’Espagne ont connu un taux de surmortalité encore plus élevé. Les vacances de printemps, pendant lesquelles des milliers de Belges sont allés skier dans des régions qui étaient à l’époque des foyers d’infection, ont joué un rôle important. Si on avait imposé une interdiction de voyager à l’époque, on aurait sans aucun doute sauvé de nombreuses vies. On peut parler d’une gaffe majeure, mais à l’époque il n’y avait aucune adhésion à une telle interdiction. Il est juste de dire que cette catastrophe n’aurait pas pu être évitée. »

Selon Molenberghs, les comparaisons internationales, même avec une mesure aussi fiable que la surmortalité, ne sont pas toujours correctes. « Si la ville de New York était un pays, elle aurait eu un taux de mortalité deux fois supérieur à celui de la Belgique lors de la première vague. Cette catastrophe est passée relativement inaperçue au niveau international, car de grandes parties des États-Unis n’étaient guère touchées à l’époque. Dans une certaine mesure, cela vaut également pour l’Allemagne. L’Ouest de l’Allemagne a beaucoup souffert lors de la première vague, mais cela n’a pas attiré l’attention car les faibles chiffres à l’Est ont compensé. Comparez cela à un gros orage. Le même orage qui mouille la moitié de la population ici pourrait ne toucher que 5 % de la population en Allemagne. A cela s’ajoute que la Belgique est une véritable plaque tournante. Les gens viennent du nord, de l’est et du sud. Une analyse génomique de la première vague l’a également montré. Ces skieurs ne sont pas les seuls à avoir introduit le virus dans notre pays. Il venait vraiment du monde entier. »

La Belgique, une anti-île

N’y a-t-il rien de critique à dire sur notre gestion de la pandémie ? C’est le cas. Molenberghs et Deboosere pointent tous deux vers les maisons de repos. « Nous avons sérieusement sous-estimé la vitesse à laquelle le virus a pénétré dans ces foyers », déclare M. Deboosere. C’était une erreur, même s’il faut constater que nous ne sommes pas les seuls à l’avoir commise. Dans des pays comme le Canada, l’Italie et la France aussi, c’est là qu’il y avait le plus de problèmes ».

Molenberghs étaye ses propos par une statistique éloquente. « Au cours de la première vague, 66 % des décès belges se sont produits dans des maisons de soins. Si nous avions pu freiner un peu cela, cela aurait fait une grande différence ».

Enfin, un mot sur un pays qui a été loué et vilipendé partout dans le monde pour son approche plus souple. En termes de surmortalité, la Suède – classée 60e par The Economist – a jusqu’à présent obtenu de meilleurs résultats que la Belgique (40e), la France (57e) et l’Allemagne (58e). Mais ce résultat doit-il inspirer les responsables politiques belges ? Geert Molenberghs n’est pas convaincu. « La Belgique est une anti-île, tandis que les dix pays les moins touchés sont presque exclusivement des îles. Juste au-dessus d’eux se trouvent les pays que j’aime appeler les pseudo-îles. Je parle de pays assez périphériques avec peu de trafic frontalier, comme la Finlande, la Norvège, mais aussi la Suède. De ces trois pays, la Suède est clairement le pays qui obtient les moins bons résultats, en partie à cause de sa politique. »

Partner Content