© BELGA

Strépy-Bracquegnies: le conducteur inculpé d’homicide involontaire

Le Vif

Deux jours après le drame ayant fait six morts et une dizaine de blessés à Strépy-Bracquegnies (Hainaut), les deux occupants de la voiture ayant foncé dans la foule ont été inculpés, non pas de meurtre, comme les faits avaient été qualifiés dans un premier temps, mais pour homicide involontaire et coups et blessures involontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner, rapporte la RTBF mardi.

Seul le conducteur, Paolo F., originaire de l’entité louviéroise, a été placé sous mandat d’arrêt, indique le service public, citant l’avocat du suspect, après le très long interrogatoire du juge d’instruction lundi soir. Le passager de la voiture a été libéré. Il est inculpé de non-assistance à personne en danger, selon la RTBF.

Le procureur général de Mons, Ignacio de la Serna, a également confirmé lundi soir sur la RTBF que le chauffeur de la voiture qui a percuté le public du ramassage des Gilles dimanche matin à Strépy-Bracquegnies était bien « Paolo F ». L’homme avait un taux d’alcool dans le sang légèrement infractionnel.

Un retrait de permis il y a 5 ans

L’homme, qui se présente comme un adepte de la vitesse sur les réseaux sociaux, avait déjà écopé d’un retrait de permis il y a 5 ans. Il avait repassé les 4 examens, théorique, pratique, médical et psychologique, ce qui lui avait permis de récupérer le droit de conduire. Paolo F. et son passager au moment de la collision ont été testés positifs à l’alcool. Les résultats d’analyses sanguines doivent préciser s’ils avaient ingurgité d’autres substances.

Les deux hommes ont été présentés lundi soir à la juge d’instruction à Tournai. Celle-ci avait jusqu’à 05h00 du matin, délai de fin de la détention préventive de 48 heures, pour délivrer ou non un mandat d’arrêt pour l’un, pour l’autre ou pour les deux occupants de la voiture.

Le procureur général de Mons, Ignacio de la Serna, s’est exprimé sur le délai nécessaire pour identifier le chauffeur de la voiture. « Quand la police est arrivée, les deux personnes étaient sorties et il a fallu attendre les images des caméras de surveillance pour savoir qui était le chauffeur. Il n’est pas récidiviste. Il a repassé les examens après sa déchéance de permis de conduire. Il a donc récupéré le droit de conduire. Mais c’est un élément que le juge appréciera ».

Le procureur montois s’est également exprimé sur le caractère infractionnel -ou non- des faits. « C’est le noeud du dossier, le caractère intentionnel ou pas, et c’est important car la nature de la peine est différente, suivant que c’est volontaire ou pas. Il faudra prendre en considération différents éléments : la vitesse du véhicule, y a-t-il eu freinage ? Pourquoi a-t-il continué encore un kilomètre après les impacts ? C’est un peu tôt pour répondre« . Le procureur a par ailleurs souligné que le test d’alcoolémie du chauffeur n’avait révélé qu’une légère infraction.

Partner Content