Salaires, taxes, carburant… : ce qui change dès ce 1er avril

Revenu minimum augmenté, TVA sur l’énergie diminuée, voyages en avion davantage taxés, prix du carburant plus transparents… Dès ce vendredi 1er avril, un paquet de mesures doit entrer en vigueur. Le Vif fait le point.

Réduction de la TVA sur le gaz et l’électricité à 6%

Dès le mois d’avril, la facture « énergie » des ménages sera allégée puisque, conformément à l’accord du gouvernement fédéral, la TVA sur le gaz et l’électricité passera de 21 % à 6 %. En vigueur jusqu’au 30 septembre, la mesure pourrait être réévaluée ou prolongée après cette date, si les prix du marché restent élevés. Les fournisseurs doivent déjà réduire la TVA sur la facture d’acompte mensuelle.

Augmentation du revenu minimum

Le salaire minimum augmentera de 76,28 euros (hors indexation) à partir du 1er avril. Il s’agit de la première, des quatre étapes, de l’augmentation du salaire minimum négociée entre les partenaires sociaux du groupe des 10. En janvier 2024 et 2026, les salaires seront encore une fois augmentés de 35 euros bruts.

S’il était alors question d’une augmentation faisant passer le Revenu minimum mensuel moyen garanti (RMMMG) à 1.700 euros par mois lors de la première phase, le montant sera toutefois plus élevé de 100 euros en raison des diverses indexations, puisque l’indice pivot a été dépassé trois fois depuis la date de signature de cet accord. En conséquence, le RMMMG sera de 1.806,16 euros.

Nouvelle taxe sur l’embarquement

Une nouvelle taxe entrera également en vigueur ce vendredi : la taxe sur l’embarquement dans un avion. Un passager dont la destination est située à moins de 500 km à vol d’oiseau de Brussels Airport, à Zaventem, devra payer 10 euros de taxe, sauf s’il s’agit d’un pays membre de l’Espace économique européen, du Royaume-Uni ou de la Suisse, alors le vacancier devra payer deux euros. Un passager « long-courrier », dont la destination est à plus de 500 km et située en dehors de ces pays européens, payera quatre euros. Si la mesure vise à encourager des alternatives plus écologiques pour voyager, comme le train, les compagnies aériennes Air Belgium, Brussels Airlines et TUI regrettent cette taxe alors que le secteur « tente de se remettre de la pandémie de Covid-19 ».

Affichage du coût moyen du carburant aux 100 km

Les propriétaires de stations-service devront afficher clairement le coût moyen aux 100 km, aux pompes mais aussi à l’intérieur de leurs magasins. Sont concernées les stations-essence proposant au moins trois de ces carburants : essence 95, diesel, GPL, électricité, hydrogène et GNC. Initiée par l’Union européenne, la mesure vise à mieux informer les consommateurs sur les prix des différents types de carburant.

Réduction de la TVA pour les panneaux solaires, les pompes à chaleur et les chaudières solaires

La TVA pour l’achat et l’installation de panneaux solaires, de pompes à chaleur et de chauffe-eaux solaires sera réduite de 6%, a décidé le gouvernement fédéral pour accélérer la transition énergétique. Si la réduction s’appliquait déjà pour les maisons de plus de 10 ans, du 1er avril au 31 décembre 2023, tous les logements pourront en bénéficier, y compris ceux nouvellement construits.

Soutien financier pour les cuves à mazout défectueuses

Dès ce vendredi 1er avril, tout propriétaire belge d’une cuve à mazout défectueuse, polluant le sol de manière avérée, pourra bénéficier d’un soutien financier de la part des fonds Promaz, financés par le secteur pétrolier. Pour formuler une demande, rendez-vous sur www.promaz.be.

Le compte épargne BNP Paribas Fortis plafonné à 250 000 euros

À partir du 1er avril, BNP Paribas Fortis plafonnera le montant maximum autorisé d’un compte épargne réglementé à 250 000 euros. Si le compte épargne dépasse ce plafond, le montant excédentaire sera déplacé sur un autre compte de dépôt (déjà existant ou ouvert pour l’occasion), présentant les mêmes paramètres de gestion que le compte épargne à l’origine du transfert. Cette mesure concernerait moins d’un pourcent des clients de BNP Paribas Fortis, Hello bank! et Fintro.

Le bonus à l’emploi étendu et renforcé

À l’adaptation du salaire minimum s’ajoute la réduction des cotisations personnelles de sécurité sociale pour les travailleurs dès le 1er avril, conformément au mini-taxshift auquel était parvenu le gouvernement début février. Cette mesure bénéficiera principalement aux salaires les plus bas, dont le bonus à l’emploi sera plus élevé. L’objectif est de « récompenser davantage » ceux qui travaillent et d’augmenter leur pouvoir d’achat, s’est félicité Frank Vandenbroucke, ministre des Affaires sociales.

La limite supérieure d’éligibilité à ce bonus a également été élargie. Désormais, les personnes qui gagnent jusqu’à 2.848 euros bruts par mois peuvent également en profiter, contre 2.772 euros auparavant.

Concrètement, cette extension signifie que les travailleurs dont le salaire brut est de 2.775 euros, qui jusqu’à récemment ne remplissaient pas les conditions requises, recevront une augmentation nette de 170 euros sur une base annuelle.

Le bonus est en outre renforcé, augmentant d’au moins 160 euros le revenu annuel des travailleurs à temps plein dont le salaire mensuel brut est compris entre 1.800 et 2.750 euros. Le pic atteint même 284 euros, pour une personne ayant un salaire mensuel brut de 1.850 euros.

Hausse de salaire de 2% pour les fonctionnaires

Autre bonne nouvelle pour les fonctionnaires : les salaires du secteur public augmenteront de 2% en avril. L’indice pivot ayant été dépassé en février – l’inflation avait atteint 8,04%, un record depuis mars 1983 – les allocations et les pensions sont indexées de 2% le mois suivant pour les adapter au coût de la vie. Et les salaires des fonctionnaires suivent un mois plus tard. C’est la deuxième fois cette année que les salaires des fonctionnaires sont indexés. Cela s’était également produit en février 2022 après le dépassement de l’indice pivot en décembre.

Partner Content