Place du Roi Albert à Tilff en 1926 © Youtube

Retour sur l’histoire des inondations de 1926 en région liégeoise

Julie Nicosia
Julie Nicosia Journaliste

« À chaque nouvelle inondation, même minime, la peur gagnait les esprits ». Plongée dans l’histoire, avec un retour sur les inondations qui ont marqué le bassin liégeois dans l’entre-deux-guerres.

Dans un article pour l’IHOES (Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale), le journaliste Jean-Pierre Keimeul est revenu sur les inondations qui ont marqué le bassin liégeois au début du siècle dernier. La publication date de 2007 (1), mais elle n’en est pas moins pertinente pour comprendre les événements de 1926, souvenir toujours très ancré dans l’histoire de la Cité ardente.

Pour commencer, l’auteur contextualise. La Belgique est particulièrement touchée par de fortes précipitations durant les mois de décembre 1925 et janvier 1926. Mais elle n’est pas la seule, une vague d’intempéries touche « une partie de l’Europe occidentale, provoquant une série de catastrophes aux Pays-Bas (la rupture d’une digue notamment), dans le nord de la France (les débordements de l’Orne à Caen, par exemple), en Allemagne (l’importante crue du Rhin à Cologne, entre autres) ». En Belgique, la région liégeoise a été fortement touchée: le centre-ville de la Cité ardente est immergé sous deux mètres d’eau à cause de pluies qui ont duré six semaines d’affilée.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Et pourtant, des signes avant-coureurs apparaissent déjà en 1925 dans la région. « Le barrage de Liège-Fonderie (servant de repère pour la mesure des eaux) affichait une cote de niveau de 2,50 mètres au-dessus de l’étiage. Le 23 décembre, les voies des chemins de fer à Anvers et à Kiel se retrouvent inondées (gare de formation pour les quais de l’Escaut) et enfin, l’intervention des autorités qui installèrent le long des quais de dépôt de l’argile et des amorces de digue suite à l’interruption ferroviaire entre Seraing et le Val Saint-Lambert. »

1926, le visage trempé de Liège

Et puis, le drame est arrivé et Liège prit un autre tout autre visage. Comme le décrivent ces témoignages de l’époque:

  • « Les eaux de la Meuse montent de 5 cm par heure. Au Pont de Fragnée, des barrages ont été emportés par la violence du courant. L’eau déferlant du quai de Fragnée a envahi l’avenue Blonden et les rues adjacentes, d’où elle se déverse en torrents dans la partie basse de la rue des Guillemins. » – La Meuse, 1 janvier 1926
  • « Le 1er janvier, il y a 90 cm d’eau place Xavier Neujean dès six heures du matin. La nappe d’eau teintée de brun sale étend sa face hypocrite aussi loin que l’oeil peut fouiller. L’eau monte toujours avec un cynisme glacé. Les corridors, les pièces des rez-de-chaussée sont vaincus. Des barques gisent lamentablement sur les trottoirs. (…) À Liège, je pus voir le boulevard d’Avroy transformé en torrent et le quartier d’Outremeuse était inabordable. » – La Wallonie, 3 janvier 1926

Après cet événement, « à chaque nouvelle inondation, même minime, la peur gagnait les esprits ». Comme le 1er février ou le 1er mars 1926 où des ruptures de conduites d’eau alimentaire ou de canalisation survenaient et où l’angoisse gagnait la population.

1926, détonateur positif

Les inondations qui ont touché Liège en 1926 ont permis de combler plusieurs lacunes en matière de prévention de la montée des eaux. Jean-Pierre Keimeul explique d’ailleurs qu’elles ont mené à la création en 1928 de la Société de démergement et d’épuration, à une série de travaux comme le barrage de l’île Monsin.

Dans un contexte de Seconde Guerre mondiale et dans une Belgique où le débat communautaire bat son plein, une véritable solidarité – tant au Nord qu’au Sud du Pays, précise l’auteur – s’est mise en place au sein de la population.

Rue Nagelmackers à Liège en 1926
Rue Nagelmackers à Liège en 1926© Youtube

1926, un repère

En région liégeoise, 1926 reste une date repère. En effet, la télévision locale liégeoise – RTC Télé Liège – demande aux liégeois.e.s qui auraient des témoignages de l’époque de les partager.

Dans un autre registre, le conseil communal François Schreuer (Vega), suite à l’appel de la police, a publié une carte des zones où les crues ont été particulièrement abondantes en 1926.

La Zone de Police de Liège annonce que la Meuse pourrait déborder, dans le centre de Liège, ce jeudi 15 juillet en début…

Posted by François Schreuer on Wednesday, July 14, 2021

1995, des inondations catastrophiques

Bien que la région liégeoise regarde 1926 comme un repère, la Belgique a connu d’autres inondations particulièrement catastrophiques, comme en 1995 lorsque la Meuse est largement sortie de son lit. On y voit même des images du Roi Albert et de la Reine Paola qui se sont déplacés sur le terrain pour constater l’ampleur des dégâts. Une image marquante sera de voir les souverains sur une barque au milieu des rues.

Depuis, des barrages ont été modernisés et la Meuse a été draguée. Par ailleurs, l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication permettent aujourd’hui de pouvoir analyser les informations quasiment en temps réel, ce qui n’était pas encore le cas à l’époque.

(1) Jean-Pierre Keimeul, Les inondations de Liège en 1926, in. Les analyses de l’IHOES, 29 octobre 2007. L’article complet est disponible ici.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content