© Belgaimage

Réfugiés: Francken « serre la vis »

Le Vif

Depuis le 1er janvier, les réfugiés qui le souhaitent doivent introduire leur demande de passeport auprès de leur commune.

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), a chargé son administration de sensibiliser les autorités locales au risque d’une forme particulière de fraude à l’asile, consistant, pour un réfugié reconnu, à demander un passeport auprès de l’ambassade de son pays d’origine pour y voyager.

L’Office des étrangers et la police fédérale aéroportuaire ont élaboré une procédure pour détecter rapidement ce type de fraude, définie comme telle par la Convention de Genève. La Belgique a signé des accords avec les Pays-Bas et l’Allemagne parce que certains réfugiés passent par les aéroports de ces pays pour éviter les contrôles belges.

Entre 2016 et août 2017, lors de l’examen de 122 dossiers de réfugiés, 46 se sont ainsi vu retirer leur protection internationale et le cas de 55 autres est toujours pendant. Pour 30 d’entre eux, les informations provenaient d’Allemagne.

M.L.

Partner Content