RDC: le parti de Bemba suspend sa participation à l’Assemblée nationale

(Belga) Le parti de l’ex-vice président congolais Jean-Pierre Bemba, jugé à la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité, a suspendu sa participation aux travaux de l’Assemblée nationale après le transfèrement à la Haye d’un de ses députés accusé de subornation de témoins.

Le député Fidèle Babala Wandu, secrétaire général adjoint du Mouvement de libération du Congo (MLC), a été transféré dimanche à la CPI à La Haye, qui le soupçonne de subornation de témoins avec trois Congolais arrêtés à l’étranger ce week-end: Aimé Kilolo, avocat de M. Bemba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, défenseur de M. Bemba, et Narcisse Arido, témoin de la défense. Le MLC, qui avait menacé lundi de suspendre sa participation à l’Assemblée nationale, a pris mardi « une mesure symbolique et conservatoire de ne pas participer à la séance » convoquée et s’est attelé à la « constitution d’un cahier des charges », a déclaré à l’AFP mercredi le député Germain Kambinga, porte-parole du MLC. Ce cahier sera remis au président de de la chambre basse, Aubin Minaku, et sa « réponse déterminera notre retour au sein de l’Assemblée nationale », a-t-il ajouté, soulignant que le MLC n’était pas dans une « logique d’affrontement ». Selon lui, M. Babala Wandu espère une mise en liberté provisoire. « Pour l’obtenir, il aura d’autant plus de chances si l’Assemblée nationale se portait garante auprès de la Cour pénale internationale », a souligné M. Kambinga, espérant une coopération prompte et efficace de Kinshasa. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content