Procès De Gelder – L’accusé change trop de délires pour être vraiment schizophrène ou psychotique

(Belga) Kim De Gelder a changé trop souvent de délires pour être vraiment schizophrène ou psychotique, a estimé mercredi Nina Van Eeckhaut, l’une des avocates des parties civiles. Refusant de prononcer « trop souvent son nom, car il en jouit, sinon », elle a dénoncé un accusé « accro à l’attention », qui est « trop lâche pour se pendre ».

« Parmi mes clients, j’ai plusieurs patients internés. Ils présentent toujours des délires conséquents, selon une certaine logique. Ils vivent un système délirant, une réalité, une vérité. L’accusé, lui, a donné plusieurs versions de ses délires. Cela prouve qu’il n’est pas vraiment schizophrène ou psychotique », a expliqué l’avocate. « Son père est venu expliquer à la barre que la maladie s’était insinuée dans leur vie. ‘Insinuer’, il l’a dit deux fois. Or, la schizophrénie ne s’insinue pas, elle explose soudainement », a poursuivi Nina Van Eeckhaut. Pour elle, même si l’accusé était confronté à un instinct de tuer, il aurait dû combattre cette tendance. « Cela doit être comme un code moral. Et lui, son code moral, c’est quoi? Les femmes et les enfants d’abord », a-t-elle constaté. « Lâche! Vous êtes même trop lâche pour vous pendre. » « Sa personnalité de base est mauvaise », a-t-elle également asséné, estimant que « l’amour que ses parents lui portent les rend aveugles » à cette réalité. (SLE)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content