Procès De Gelder – « Incompréhensible que les experts-psychiatres n’aient pas conclu à la schizophrénie »

(Belga) Les deux psychologues mandatés par la défense ont jugé lundi « incompréhensible » que le collège d’experts-psychiatres n’ait pas relié les déclarations de Kim De Gelder à la schizophrénie. « Ils sont à chaque fois partis du principe qu’il mentait et simulait, notamment quand il disait entendre des voix », se sont-ils étonnés devant la cour d’assises de Flandre orientale.

Pour Nathalie Laceur et Geert Hoornaert, tout chez Kim De Gelder s’unit pour poser un diagnostic de schizophrénie paranoïde. « Nous nous sommes basés sur tout: le dossier judiciaire, le dossier médical, le rapport des experts-psychiatres, les déclarations de Kim De Gelder et de ses proches, et des entretiens avec lui », ont-ils expliqué en préambule. Ils ont énuméré les symptômes qui leur permettent de conclure à la schizophrénie: délires, hallucinations auditives, voix, comportements catatoniques et apathiques, discours incohérents. « Nous partageons les définitions reprises par le collège d’experts, mais il est pour nous incompréhensible qu’ils n’aient pas relié les déclarations de Kim De Gelder à la schizophrénie », a commenté Nathalie Laceur. Les deux psychologues ont relevé le triptyque « se tuer – être tué – tuer, pensée typique de la schizophrénie ». « Il voulait se tuer pour protéger son entourage. A ce moment-là, les voix étaient très présentes. C’était une alternative au fait de s’en prendre à l’autre », ont-ils expliqué. (PVO)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content