Zakia Khattabi n'a aucun problème à ne pas toujours être du même avis que le climatologue Jean-Pascal van Ypersele, et vice versa. © HATIM KAGHAT

Prix de l’énergie: il est temps de sortir des querelles dogmatiques, selon Zakia Khattabi

Le Vif

Il est temps d’atterrir dans la discussion sur le prix de l’énergie au gouvernement fédéral, estime la ministre du Climat, Zakia Khattabi (Ecolo) qui a appelé dimanche chacun des partenaires de coalition à sortir des positions « dogmatiques ».

L’équipe De Croo, réunie en comité restreint, a échoué dans la nuit de mercredi à jeudi à se mettre d’accord sur des mesures qui doivent soulager la population confrontée à la flambée des prix de l’énergie. Les discussions semblent surtout achopper sur une diminution de la TVA, mesure simple et linéaire mais qui présente un certain nombre de désavantages, notamment de retarder l’indexation des salaires. Selon Mme Khattabi, sa collègue de l’Energie, Tinne Van der Straeten, a soumis une proposition prolongeant le tarif social élargi (qui concerne les bas revenus), et une formule reposant une modulation de la TVA et des accises pour mieux appréhender l’évolution future des prix, mais celle-ci n’a pas reçu l’aval du « kern ».

Le Premier ministre, Alexander De Croo, a mené depuis lors des entretiens bilatéraux. Aucune nouvelle réunion n’est encore annoncée même si l’impatience grandit au sein même de la majorité. Jeudi, à la Chambre, les socialistes et le CD&V ont appelé le gouvernement à ne plus perdre de temps. Dimanche, c’était au tour des écologistes. « Je suis critique sur mon propre gouvernement vu l’urgence. Aujourd’hui, il y a une pléthore de propositions sur la table, on ne peut plus continuer, il faut trancher. Il y a différentes conceptions politiques qui s’affrontent, ça devient long. La place n’est plus aux débats dogmatiques mais à une réponse stratégique, pratique et de long terme », a dit Mme Khattabi sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche » (RTL-TVi).

Le chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Wouter De Vriendt, a abondé dans le même sens sur le plateau de l’émission « De Zevende Dag » (VRT). Le temps presse, a-t-il averti, en particulier pour les bénéficiaires du tarif social élargi, soit un million de ménages. Un consensus existerait sur une prolongation de trois mois (la mesure expire à la fin mars) mais s’il n’est pas traduit dans une décision rapidement « ces personnes recevront la semaine prochaine une lettre avec le message selon lequel le tarif social s’arrête », a-t-il expliqué.

Le député a appelé à une réunion rapide -« dans les prochains jours »- du « kern » et, si nécessaire à un découplage du tarif social du reste du dossier. La ministre de l’Energie a déjà demandé aux fournisseurs d’énergie aux bénéficiaires du tarif social de ne pas encore leur envoyer de courrier.

Dans la majorité, Vooruit et le CD&V défendent avec le plus de force une diminution de la TVA à 6%. Cette taxe est injuste socialement et non écologique, a répété le vice-Premier ministre socialiste, Frank Vandenbroucke, sur VTM. Comme les autres partis, il estime qu’il faut réformer la fiscalité des prix de l’énergie. Il a plaidé pour une solution rapide et s’est dit confiant dans la capacité du Premier ministre de mener ce dossier à bien.

Dans la majorité, l’Open Vld s’est montré jusqu’à présent réticent sur une baisse de la TVA. La cheffe de groupe, Maggie De Block, parlait jeudi d' »attrape-nigaud ». Dimanche, elle s’est montrée plus ouverte. « Maintenant, il y a une proposition plus élaborée. Cette proposition n’était alors pas encore chiffrée. On s’apprêtait à avancer à l’aveugle sans savoir d’où venait l’argent », a-t-elle dit.

Depuis plusieurs jours, il est question d’une diminution « intelligente », par laquelle le taux passerait de 21% à 6% pour ensuite reposer une modulation des accises afin de tenir compte des prix du marché. « Baisser la TVA pendant six mois pour la remonter après, ça ne va pas aider les gens dans la durée », a souligné de son côté Georges-Louis Bouchez sur RTL-TVi.

Partner Content