Première visite du roi Philippe en République démocratique du Congo

Le Vif

Le roi des Belges Philippe se rendra en voyage officiel en République démocratique du Congo (RDC) en juin, sa première visite dans l’ancienne colonie belge depuis le début de son règne en 2013, a annoncé jeudi le palais royal.  

Il sera en RDC du 7 au 13 juin, accompagné de la reine Mathilde et du Premier ministre Alexander De Croo, a précisé le palais dans un communiqué. Initialement prévu en juin 2020 pour la célébration des 60 ans de l’indépendance de l’ex-Zaïre (devenu la RDC), ce voyage a dû être reporté plusieurs fois, en raison notamment de la pandémie de coronavirus, puis fin février après le déclenchement par la Russie de la guerre en Ukraine.

Cette visite « à l’invitation du président de la RDC (…) Félix Tshisekedi » fera étape dans trois villes congolaises, précise le palais royal: la délégation belge doit arriver à Kinshasa le 7 juin en fin de journée, avant de se rendre à Lubumbashi (Katanga, sud) et à Bukavu (Sud-Kivu, est). Bukavu, en bordure du lac Kivu, près des frontières rwandaise et burundaise, est la ville où travaille le gynécologue congolais Denis Mukwege, co-lauréat du prix Nobel de la paix 2018 pour son combat contre les violences sexuelles.

Selon une source proche du dossier, le couple royal, qui a déjà rencontré en Belgique celui qu’on surnomme « l’homme qui répare les femmes », pourrait lui rendre visite à Bukavu dans la clinique de Panzi où il opère. Au-delà de sa fonction de médecin, Denis Mukwege est devenu un symbole de la lutte contre l’impunité en RDC. Il milite pour qu’une juridiction internationale se saisisse enfin des crimes de guerre perpétrés depuis 25 ans dans l’est du pays, documentés notamment dans un rapport de l’ONU de 2010 resté lettre morte. Concernant le passé colonial et le débat sur les violences reprochées à l’ancien roi Léopold II (qui avait fait du Congo sa propriété personnelle en 1885), la relation belgo-congolaise a connu récemment un tournant.

Le 30 juin 2020, à l’occasion des 60 ans de l’indépendance, le roi Philippe avait présenté « ses plus profonds regrets pour les blessures » infligées lors de la période coloniale, une première historique. Dans le sillage du mouvement « Black lives matter », l’année 2020 avait aussi été marquée par la création d’une commission parlementaire chargée de « faire la clarté » sur le passé colonial au Congo, Rwanda et Burundi et qui devra présenter des recommandations.

Partner Content