Eva De Bleeker

Première réunion du « kern » sur le contrôle budgétaire

Le Vif

Le gouvernement fédéral se réunit en comité ministériel restreint (« kern ») ce dimanche à partir de 14h30 pour de premières discussions sur le contrôle budgétaire, un exercice compliqué par les incertitudes générées par la guerre russe en Ukraine.

Cette réunion des principaux membres de l’exécutif permettra, comme il est de tradition, de dresser un premier état des lieux, alors que l’aboutissement est attendu pour les vacances de Pâques, a indiqué la secrétaire d’État au Budget Eva De Bleeker (Open Vld) sur le plateau du Zevende Dag (VRT).

Le gouvernement a déjà pris plusieurs mesures pour modérer la hausse de la facture énergétique, dont les dernières sont intervenues après l’assaut russe en Ukraine. Mais les incertitudes sur la durée de cette guerre et ses conséquences sur le budget rendent l’exercice difficilement prévisible.

Selon une estimation du Bureau fédéral du Plan sur l’impact de la guerre sur l’économie belge, le produit intérieur brut (PIB) devrait croître cette année de 2,5 %, soit un demi-point de pourcentage de moins que prévu, et le déficit budgétaire commun de toutes les entités du pays augmenterait de 0,28% au-delà des 4,2% de déficit prévu à la base. Ces estimations restent « très optimistes », selon Mme De Bleeker. Elle renvoie à d’autres estimations qui envisagent un recul de la croissance de 1,5%.

Les impacts de la guerre sur les activités économiques ainsi que l’afflux de réfugiés font partie des grandes inconnues. La secrétaire d’État évoque la possibilité de prévoir une « provision Ukraine », mais cela dépend de nombreuses hypothèses. Elle ne veut pas non plus tirer de plan sur la comète sur une éventuelle une prolongation, en septembre, de la TVA réduite sur le gaz et l’électricité.

Mais les accords convenus en novembre sur le marché du travail devront être mis en oeuvre, a-t-elle souligné. L’augmentation du taux d’activité et l’intégration des chômeurs de longue durée auront un effet structurel sur le budget, fait-elle valoir. Enfin, une hausse d’impôt est exclue, selon elle, malgré les circonstances particulières.

Partner Content