Les Engages' chairman Maxime Prevot the rentree speech of the french-speaking christian humanists party Engages (former cdH), Sunday 11 September 2022 in Libin. BELGA PHOTO ANTHONY DEHEZ

Maxime Prévot (Les Engagés): « J’accuse les gouvernements de non-assistance à personne en danger »

Le Vif

Les Engagés lanceront cette semaine une grande campagne adressée à la population sur le thème du « courage de changer ». Après deux ans de réflexion interne, le parti va décliner ses propositions en vue d’un changement de la société sur différents thèmes, avec pour horizon l’année électorale de 2024 que le président, Maxime Prévot, a présentée comme celle de la « victoire » d’un grand mouvement du centre.

« La démonstration est faite chaque semaine sous nos yeux que l’alliance de la gauche et de la droite, ça ne donne pas une politique équilibrée du centre. Cela ne donne tout simplement rien. Des bagarres, des chamailleries entre partenaires, ça oui! Mais des décisions fortes, une vision d’action, un horizon d’espoir, ça non. (…) Un grand mouvement central, un grand mouvement centriste comme celui auquel nous aspirons sera en 2024 la réponse la plus adéquate pour nos concitoyens afin de conjuguer à nouveau efficacité et sérieux, responsabilité et courage », a-t-il expliqué au cours d’une Journée des familles qui a réuni près de 1.000 militants à l’Eurospace Center de Libin.

Six domaines d’action

Les Engagés privilégient six domaines d’action prioritaires dans les deux ans qui viennent: climat et énergie, santé et bien-être, travail et fiscalité, justice et sécurité. Dans le contexte de la crise actuelle, l’énergie a été au cœur de plusieurs des discours de la fin de matinée. « J’accuse les gouvernements de non-assistance à personne en danger », a lancé M. Prévot, en rappelant la situation de nombreux ménages qui risquent de basculer dans la précarité et des entreprises en faillite ou menacées de l’être. « Il ne s’agit même plus du pouvoir de vivre mais du pouvoir de survivre. »

Et de pointer du doigt le temps perdu, comparé à d’autres gouvernements européens. « Ceux qui devaient bosser durant l’été sont partis la pâquerette dans la bouche et revenus la fleur au fusil. Aucune anticipation, aucune mesure nouvelle, un groupe de travail, des projets de loi reportés sine die. On rêve!« 

« Quelle déception »

Il y a deux ans, les centristes s’abstenaient lors du vote de confiance au gouvernement De Croo, alors que traditionnellement un parti d’opposition vote contre. Deux ans plus tard, ils se disent déçus. « Nous leur donnions le bénéfice du doute: quelle déception! C‘est le gouvernement du buzz et des chocs. Parfois, j’ai honte de cette politique où les partis qui gouvernent ensemble se téléscopent, font des promesses sans lendemain et nous montrent un gouvernement incapable de se décider. En mesurent-ils l’impact sur l’angoisse des citoyens? » a souligné la cheffe de groupe à la Chambre, Catherine Fonck.


Les Engagés se veulent constructifs devant cette crise. En début de semaine passée, ils ont formulé une série de propositions. Et face à un comité de concertation aux résultats jugés insuffisants et marqués par la polémique, le parti centriste a rappelé la dynamique qui avait réuni à peu près tous les partis politiques du royaume autour de la Première ministre face au covid. « Cela a produit des résultats durant la crise du covid. Pourquoi ne pas essayer? », a encore dit M. Prévot en marge de son discours.

Partner Content