Bart De Wever © Belga

Bart De Wever souhaite imposer l’autonomie de la Flandre « de manière extralégale »

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a affirmé vouloir imposer l’autonomie de la Flandre « de manière extralégale ».

« Toutes les réformes majeures ont été introduites de manière extralégale puis légalisées », a-t-il déclaré sur le plateau de l’émission De Zevende Dag de la VRT.

   M. De Wever l’avait déjà évoqué cette année dans une interview publiée samedi par le journal ‘De Tijd’, en déclarant: « je pense depuis un certain temps que l’occasion de réformer le légalisme est passée ». « Comme à divers moments de notre histoire nationale, il faudra passer à une réforme extra-légale. Ce n’est pas la première fois. C’est aussi arrivé avec l’enseignement », avait-il ajouté.

   Le président des nationalistes flamands et bourgmestre d’Anvers a répété son message dimanche sur la VRT. « Dans le passé aussi, des réformes majeures ont été mises en œuvre en dehors de la loi », a-t-il indiqué. « Toutes les réformes majeures ont été introduites de manière extralégale puis légalisées, j’en ai longuement parlé avec (l’ancien Premier ministre CVP) Jean-Luc Dehaene », a ajouté M. De Wever.

   « Dans ce pays, vous pouvez avoir une certitude: une fois que vous avez (obtenu) l’autonomie en ce qui concerne la gouvernance, elle ne se reconstituera jamais, car pourquoi feriez-vous quelque chose avec une partie du pays qui pense fondamentalement différemment et vote fondamentalement différemment », a-t-il poursuivi en faisant référence à la Wallonie.

   M. De Wever a encore déclaré qu’il ne voudrait participer à un gouvernement fédéral – après les élections générales de 2024 – que s’il avait la garantie d’une réforme aussi fondamentale du pays. « Je ne participerai pas au statu quo. Parce qu’alors l’argent flamand sera perdu », a-t-il lancé.

   « Je ne pense pas que quoi que ce soit puisse jamais fonctionner dans un contexte belge. Pas avec le PS. Mais pas non plus dans une réédition de la suédoise (la coalition gouvernementale inédite qui a rassemblé d’octobre 2014 à décembre 2018 la N-VA, le MR, le CD&V et l’Open Vld, ndlr). Cela n’a plus de sens », avait affirmé le président des nationalistes au ‘Tijd’. « Tant qu’on est attaché à la Wallonie, ça (la réforme de l’État belge) ne marchera pas ».

   Samedi également, M. De Wever avait, lors d’une journée thématique de son parti à Anvers, mis l’accent sur la souveraineté flamande. « Je prône une restauration de notre souveraineté populaire. Et donc, que le peuple flamand souverain ne puisse transférer sa souveraineté que par le biais d’un traité ratifié par le parlement flamand. C’est l’esprit du confédéralisme », avait-il dit.

   Le parti a lancé à cette occasion un site internet consacré au confédéralisme, dont l’adresse est: www.confederalisme.vlaanderen.

Partner Content