Plusieurs milliers d'enseignants mécontents dans les rues de Mons © belga

Plusieurs milliers d’enseignants mécontents dans les rues de Mons

(Belga) Le personnel de l’enseignement sillonne les rues de Mons mardi pour se faire entendre du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et demander de meilleures conditions de travail, près de deux mois après une première manifestation à Bruxelles. Les enseignants se disent débordés par le travail administratif et ignorés par les autorités.

Bigarrée des couleurs syndicales, la foule de quelque 5.000 manifestants s’est réunie à partir de 10h00 devant la collégiale Sainte-Waudru à Mons. Des témoignages sur les difficultés du secteur ont été diffusés sur grand écran et le cortège a ensuite entamé un parcours dans la ville pour exprimer son mécontentement devant plusieurs établissements scolaires, au son de quelques pétards et de beaucoup de sifflets. « Stop au mépris » et « Non au pacte d’excellence », réclament les pancartes brandies par les manifestants. « Le but de cette journée est de démontrer au gouvernement que la pression ne retombe pas », explique Roland Lahaye, secrétaire général de la CSC Enseignement. « C’est une piqure de rappel pour dire que le personnel enseignant est toujours mobilisé, y compris les personnes qui travaillent dans le domaine administratif et ouvrier. » Les enseignants se plaignent principalement d’un nombre d’élèves trop important dans les classes, d’une surcharge du travail administratif, de la mise en place du dispositif d’évaluation des personnels et d’un manque de moyens généralisé. « L’accord sectoriel proposé n’apporte absolument rien, c’est insuffisant », tranche Joseph Thonon, président de la CGSP Enseignement. « On ne voit pas d’issue au conflit, c’est très inquiétant. On n’a pas non plus l’impression qu’on nous écoute quand on dit que la charge de travail est trop importante. C’est un dialogue de sourds. » (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content