La ministre de la Fonction publique Petra De Sutter (Groen)

Petra De Sutter: « Le nucléaire n’offre pas de solution pour 2025, on le sait »

Le Vif

Le CEO d’Engie Belgium, Thierry Saegeman, a répété ce qu’il a toujours dit: il faut au moins 5 ans pour réaliser les opérations nécessaires à la prolongation des réacteurs nucléaires de Tihange 3 et Doel 4, a souligné jeudi la vice-Première ministre Groen, Petra De Sutter, interrogée à la Chambre.

Le patron d’Engie-Electrabel a expliqué lors d’un débat que les deux réacteurs devraient très vraisemblablement être mis à l’arrêt entre 2025 et 2027 pour réaliser les opérations nécessaires à leur prolongation au-delà de 2025. Plusieurs obstacles doivent être surmontés: travaux d’adaptation, réalisation d’une consultation publique transnationale avant l’obtention des permis, achat d’uranium, modification de la loi, discussion avec la Commission européenne.

« Il a répété ce qu’il a toujours dit: on a besoin d’au moins 5 ans« , a souligné Mme De Sutter, en faisant remarquer qu’aussi bien le gouvernement actuel que le gouvernement précédent le savait. « Le nucléaire n’offre pas de solution pour 2025, on le sait, et c’est pour ça qu’on a besoin du CRM ».

Vendredi, le gouvernement a décidé de prolonger les deux réacteurs plus récents sur les sept dont dispose la Belgique et a confirmé la mise en oeuvre du Mécanisme de Rémunération de Capacité (CRM) qui doit permettre à la Belgique de compenser la fermeture du nucléaire, notamment par des centrales au gaz.

Des discussions ont commencé avec Engie pour établir les conditions de cette prolongation. Elles seront menées par la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten, mais également le Premier ministre, Alexander De Croo. L’opposition s’inquiète du prix qui sera payé par la Belgique. La ministre n’a pas voulu donner de précision, faisant remarquer que les négociations ne seraient pas menées devant l’assemblée ou sur un plateau de télévision. L’accord conclu par le gouvernement précédent lorsque les réacteurs de Doel 1 et 2 ont été prolongés ne permettent pas de modification unilatérale des principes qui régissent la rente nucléaire ou la contribution de répartition payées par les exploitants des centrales, a-t-elle toutefois expliqué. Elle a également assuré qu’Engie Electrabel resterait responsable du démantèlement des centrales.

Partner Content