© Belga

Petits partis : à gauche toutes

A gauche du PS et d’Ecolo ( ?), le terrain est partagé entre le PTB+ et le « Front des Gauches », mis sur pied il y a moins d’un mois pour rassembler les mouvements qui ne se retrouvent pas, c’est un euphémisme, dans la gauche traditionnelle.

Le slogan du PTB (Parti des Travailleurs de Belgique) est sans équivoque : « Votez contre ce cirque politique ». A l’image, il se traduit pas le nez rouge de clown dont les militants affublent les photos des candidats traditionnels. Dans le texte : « Le Parlement est devenu un grand cirque, avec BHV comme clou du spectacle. » Tête de liste au Sénat côté flamand : Tine van Rompuy, la soeur des autres, Herman le président du Conseil européen, et Eric le boutefeu périphérique du CD&V. Tine l’infirmière qui défend les maisons médicales et leur offre de soins gratuits pour tous.

Le programme du PTB+ n’a guère varié, et n’est guère surprenant : taxer « les banquiers sans scrupule et les super-millionnaires », interdire aux entreprises (Carrefour, InBev…) qui font des bénéfices de pouvoir licencier (sous peine de devoir rembourser les aides publiques de toute nature), conserver le droit à la prépension pour préserver l’emploi des jeunes, baisser la fiscalité sur l’énergie… Rien que du connu.

Le programme du « Front des Gauches », qui rassemble diverses formations en une union assez hétéroclite (*), en est assez proche… mais encore plus vague : il parle du « vrai » problème des gens (licenciements, chômage, racisme…), de « refus des surenchères nationalistes », de défense du service public, ou encore de « sauver notre environnement ».

M.D.

(*) PC (Parti communiste), PSL (Parti socialiste de Lutte), LCR (Ligue communiste révolutionnaire), PH (Parti humaniste), CAP (Comité pour une autre Politique), Vélorution.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content