Paola

Paola: pour la première fois, les confidences d’une reine

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste au Vif

Il y a 63 ans, Paola Ruffo Di Calabria, jeune princesse venue du Sud, débarquait en Belgique pour épouser le prince Albert. 34 ans plus tard, elle deviendrait la sixième reine des Belges. Pour la première fois, elle se livre dans le cadre d’un documentaire « Paola, Côté Jardin: les confidences d’une Reine » diffusé ce vendredi sur la RTBF.

Choisi pour son aptitude « à créer de la confiance, mais aussi à raconter différemment, avec rigueur et délicatesse, le parcours des personnalités » par Sandrine Graulich, cheffe éditoriale de la Une, et Isabelle Christiaens, responsable des co-productions documentaires de la RTBF, le réalisateur Nicolas Delvaulx a suivi Paola pendant plus de deux ans. Au cours du tournage, il a eu de nombreux entretiens avec Paola, mais aussi avec son époux le roi Albert II, la princesse Astrid , le prince Laurent, la princesse Claire, et même avec le roi Philippe et la reine Mathilde.

Une enfance marquée par les deuils

Au cours de l’émission, Paola raconte sa vie digne d’un roman. Issue de l’une des plus anciennes lignées d’Italie, la princesse Paola naît le 11 septembre 1937 à Forte dei Marmi en Toscane. Septième et dernière enfant du prince Fulco Ruffo di Calabria, aviateur et héros de la Première Guerre mondiale, et de la comtesse Luisa Maria Gazelli di Rossana e di San Sebastiano, Paola vit une enfance heureuse jusqu’à ce que la guerre éclate. Elle perd une soeur, un frère et son père meurt en 1946 alors qu’elle n’a que neuf ans.

En 1958, Paola rencontre le prince de Liège au Palais du Quirinal à Rome lors d’un dîner organisé par l’ambassadeur de Belgique. Immédiatement, Albert repère la « ravissante jeune fille ». Après quelques sorties, il la demande en mariage. Même si elle estime qu’ils ne se connaissent pas assez, Paola accepte. Elle précise toutefois qu’elle ne veut pas devenir reine de crainte de finir comme Marie-Antoinette, la malheureuse épouse de Louis XVI. A l’époque, il paraît peu probable qu’Albert, frère cadet de Baudouin, monte un jour sur le trône.

Mariage en 1959
Mariage en 1959© Belga

Lorsque les fiancés arrivent en Belgique en 1959, la foule est en liesse et acclame la princesse au visage de madone. Très vite cependant, les princes de Liège passeront au second plan. En 1960, le roi Baudouin, frère aîné d’Albert, épouse l’Espagnole Fabiola de Mora y Aragón et occupe le devant de la scène.

Dans les années 1960, Paola met trois enfants au monde, mais elle ne va pas bien. Sa relation avec Albert est tendue, et son rôle de mère lui pose des difficultés. « Il faut une éducation à devenir parent. C’est dommage qu’on ne puisse pas recommencer. Là, je comprends combien c’est important de donner de l’affection à ses enfants« , admet-elle. Albert reconnaît carrément qu’il s’est désintéressé de son fils Philippe.

Naissance de Laurent, 1963
Naissance de Laurent, 1963© Belga

Malheureuse pendant dix ans

A cette époque, la princesse subit aussi les foudres de la presse : on lui reproche de sortir en boîte de nuit, de paraître sur la plage en bikini. « Moi, je n’étais pas heureuse pendant 10 ans. Je ne savais pas où aller. Il y avait ce danger du divorce. De 70 à 80, j’étais seule et triste. J’avais pris une distance avec tout. Puis, un jour, il m’a dit : ‘je t’ai toujours aimée’ et ça m’a fait plaisir », dit-elle. Pas une seule fois, Paola ne prononce le nom Sybille de Selys Longchamps, la maîtresse d’Albert avec qui il a eu une fille, Delphine, peut-être parce que comme le dit sa fille Astrid, « jamais, elle ne dit de mal de quelqu’un ». Au début des années 1980, Albert et Paola se réconcilient. « Si on fait un petit effort dans le mariage, ça vaut la peine. Il n’y a plus la hâte, le sexe, il y a la tendresse. Vieillir comme ça, c’est bien », estime Paola.

Albert et Paola en 1988
Albert et Paola en 1988© Belga

En 1993, le décès du roi Baudouin provoque une onde de choc dans le pays. A 59 ans, l’âge où la plupart des gens songent à leur retraite, Albert monte sur le trône de Belgique. « Avant, je devais demander l’accord de la Donation pour un simple clou », raconte Paola. Une fois qu’elle est reine, tout change. Quand elle désire changer les rideaux, on lui répond : « Oui, tout de suite ». « Pendant quelques mois, je me suis un peu donné de l’importance. Mais, je suis vite retombée, car mon époux me disait qu’il faut rire de soi-même », raconte la sixième reine des Belges.

Accession au trône, 1993
Accession au trône, 1993© Belga

Le documentaire sera diffusé ce vendredi 18 février à 20h20 sur La Une, et le dimanche 20 février sur Eén.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content