"Négocions la coalition 77", plaide François De Smet © belga

« On connaît les coalitions qui ne marchent pas, voyons celles qui peuvent marcher » (DéFI)

« On connaît les coalitions qui ne marchent pas, voyons celles qui peuvent marcher », a déclaré le président de DéFI, François De Smet, à son arrivée au Palais royal de Bruxelles pour son audience avec le Roi. « Il y a quatre ou cinq coalitions possibles, que ce soit avec ou sans nous n’a aucune importance. C’est ce que je vais présenter au Souverain. L’équilibre à trouver sera au centre. »

M. De Smet était le deuxième président de parti à être reçu en audience mercredi, dernier jour de consultations du Roi Philippe à la suite de la démission du chargé de mission royale Koen Geens (CD&V) vendredi dernier.

A son arrivée au Palais, il a rappelé qu’il n’y qu’un seul parti (la N-VA, ndlr) « qui souhaite faire de l’institutionnel maintenant ». « Les autres sont d’accord d’entamer quelque chose en 2024, pas sur une base identitaire ou nationaliste, mais sur la manière de mieux faire fonctionner notre Etat. »

François De Smet a aussi appelé à en revenir « au principes de base de la démocratie parlementaire »: « Un députe ne représente pas juste ses électeurs, il représente toute la nation. Il faut arrêter de considérer qu’il faut absolument dans toutes situations des doubles ou des triples majorités. »

Ce mercredi, le Roi recevra ensuite le président CD&V Joachim Coens à 15h00 et la présidente de l’Open Vld Gwendolyn Rutten à 16h00. Il avait reçu le président Paul Magnette en début de matinée.

Vendredi dernier, Koen Geens avait jeté l’éponge à la suite de déclarations de Paul Magnette, réitérant le refus du PS de monter dans une coalition gouvernementale avec la N-VA. Le Roi avait accepté sa démission. Il a ouvert depuis lundi un tour de consultations des présidents des partis susceptibles de participer à la formation d’un gouvernement fédéral.

Partner Content