© BELGA

Ninove: la N-VA choisit l’opposition

La N-VA ne souhaite pas participer à la majorité à Ninove, a annoncé mardi la section locale du parti. Le choix des nationalistes rend impossible la constitution d’une majorité dans cette petite ville du Brabant flamand.

Le choix des nationalistes rend impossible la constitution d’une majorité dans cette petite ville du Brabant flamand, puisque aucun parti ne veut rallier la liste « Forza Ninove » emmenée par le député VB Guy D’haeseleer, dont des publications à caractère raciste ont été révélées ces dernières heures.

La N-VA souhaite toutefois éviter de rendre la cité ingouvernable, dit-elle. Dès lors, « nos mandataires se prononceront, depuis l’opposition, sur chaque dossier séparément et apporteront leur soutien si celui-ci sert l’intérêt de la ville », a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Forza Ninove a décroché 15 des 33 sièges au conseil communal et espérait pouvoir compter sur les deux sièges de la N-VA pour former une courte majorité, ce qui aurait signifié une rupture du cordon sanitaire autour du parti d’extrême droite.

Le scénario a suscité l’émoi non seulement en Flandre, où les adversaires de la N-VA guettent un faux pas de sa part, mais aussi au sud du pays, où le MR, allié de la N-VA au gouvernement fédéral, a mis en garde le président des nationalistes flamands Bart De Wever lundi.

En choisissant mardi l’opposition, la N-VA refuse aussi, de facto, de faire alliance avec les autres listes représentées au conseil communal – l’Open Vld (9 sièges) et « Samen » (cartel CD&V, sp.a, Groen, 7 sièges) – pour une grande alliance contre Forza Ninove.

Le Landerneau politique local se retrouvait donc dans l’expectative.

Pour la bourgmestre sortante Tania De Jonge (Open Vld), il revient désormais à Guy D’haeseleer de résoudre l’équation. « J’ignore s’il est capable de mettre sur pied un exécutif minoritaire, mais nous ne l’y aiderons pas », a-t-elle dit.

C’est que l’acte de présentation d’un bourgmestre doit être signé par une majorité des membres du conseil communal pour être valide. Et à cet égard, la N-VA se tait.

De son côté, Guy D’haeseleer se montrait modérément optimiste. Maintenant que la N-VA a choisi l’opposition, « aucune majorité n’est plus possible sans nous », analysait-il. Il voit une ouverture dans la proposition de la N-VA de traiter chaque dossier au cas par cas, mais avoue toujours ignorer comment réunir la signature de la moitié des conseillers.

L’extrémiste dit vouloir encore consulter, mais exclut toute discussion avec « Samen », qu’il juge trop à gauche.

Partner Content