Muriel Gerkens © Belga

Muriel Gerkens quitte la Chambre pour se consacrer à la province

La députée Muriel Gerkens démissionne de son mandat à la Chambre pour se consacrer pleinement à la campagne pour les élections provinciales à Liège, a-t-elle annoncé mercredi matin.

Selon le Code wallon de la démocratie locale, un parlementaire ne peut également être candidat aux élections provinciales. La présence de la députée fédérale sur la liste Ecolo risquait d’entraîner l’invalidation des élections provinciales du 14 octobre dans le district de Visé où elle se présente.

Mme Gerkens dit vouloir « peser dans le jeu provincial » à Liège, à la suite des affaires Publifin et Nethys.

« Ma volonté était bien de me consacrer totalement à mon combat pour la province de Liège. Nous ne pouvons plus laisser les trois partis traditionnels PS-MR-CDH continuer à s’entendre entre eux sur le dos des citoyens. Les derniers rebondissements de cette semaine l’ont encore suffisamment démontré. Liège a besoin d’une alternative politique pour tourner le dos aux affaires. Les trois partis traditionnels ont engendré Nethys et Publifin. Ce n’est pas du problème que viendra la solution. Je veux pouvoir offrir une véritable alternative aux Liégeois. L’imbroglio administratif soulevé ces derniers jours ne peut pas occulter cet enjeu. J’ai dès lors décidé logiquement de démissionner de mon mandat à la Chambre afin de pouvoir être pleinement candidate aux élections provinciales », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

La députée qualifie son inscription sur la liste Ecolo, alors qu’elle était encore députée à la Chambre, d' »erreur administrative ». Son retrait permettra « de ne pas transformer une erreur administrative en un coût collectif suite à des recours potentiels des autres partis ».

Mme Gerkens siégeait à la Chambre depuis 1999, a été cheffe de groupe et présidait la commission de la Santé. Elle sera remplacée par Sarah Schlitz, conseillère communale à Liège.

Partner Content