© Belga

Milquet : c’était pas l’heure de la fédé Wallo-Brux

L’annonce a fait hurler la Flandre et pour le coup, la présidente du CDH ne lui donne pas tort: poser avec solennité la première pierre d’une fédération Wallonie-Bruxelles, comme l’ont récemment fait les quatre partis francophones, n’était pas très malin, vu le climat communautaire pourri.

« Ce n’était pas le moment de le faire, et cela a été mal ressenti en Flandre. Le monde ne s’en serait pas plus mal porté si on s’était abstenu », a confié Joëlle Milquet aux militants du CDH bruxellois.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir prévenu ses collègues présidents, les Di Rupo, Michel et autre Javaux : « Je les ai avertis au moins dix fois », soutient la présidente. Seulement voilà : « Le MR tenait tellement à cette fédération Wallonie-Bruxelles, et de le voir ainsi pleurer dans son coin, on a voulu lui faire plaisir. » Voilà qui prouve au moins deux choses : que Milquet ne sait pas toujours dire « non », et qu’on ne l’écoute décidément jamais.

P.HX

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content