D'ici à dix ans, près de 20% des généralistes cesseront leur activité. Alors que des poches de pénurie sont d'ores et déjà bien présentes, les quotas n'amélioreront pas la situation. © belga image

Médecin, crédit… Tout ce qui change ce 1er août

Le Vif

De nouvelles règles pour les consultations médicales à distance, les logopèdes pourront facturer des suppléments à leurs patients et un crédit à taux réduit pour la rénovation des logements à Bruxelles. Voici tout ce qui change dès ce 1er août.

Ce qui change ce 1er août: de nouvelles règles pour les consultations à distance

Un nouveau cadre sera établi pour les honoraires et le remboursement des consultations médicales à distance, dès le 1er août. Les premiers codes de téléconsultation créés pendant la crise Covid disparaitront et seront remplacés par d’autres codes encadrant les consultations téléphoniques et vidéos. Ces dernières seront davantage rémunérées et la patientèle devra désormais participer aux frais de la consultation.

Concrètement, le montant final dû s’élèvera à quatre euros pour une consultation vidéo et deux euros pour une consultation téléphonique (dans les deux cas, un patient bénéficiant de l’intervention majorée de l’Inami ne paiera qu’un euro).

Le nombre de consultations à distance remboursées ne sera finalement pas limité. Par ailleurs, quatre conditions devront être satisfaites pour qu’une consultation à distance soit remboursée.

  • Il devra s’agir d’une consultation auprès d’un médecin que le patient consultait déjà, auprès d’un spécialiste vers lequel un autre médecin l’a orienté, ou encore auprès d’un service de garde de médecine générale.
  • Cette consultation devra émaner d’une demande du patient et avoir l’accord du médecin
  • Ce dernier étant tenu d’avoir accès au dossier du patient au cours de celle-ci.
  • Enfin, la plateforme utilisée pour un entretien vidéo devra être sécurisée et conforme aux bonnes pratiques en la matière.

Les logopèdes non conventionnés pourront facturer des suppléments à leurs patients

Mi-juillet, les logopèdes ont choisi à 59,51% de se déconventionner. La dernière convention des logopèdes, R/22 fixant les tarifs officiels de leurs prestations, a été approuvée avec des tarifs indexés, fin mai, par les membres du comité de l’assurance, au niveau de l’Institut National d’Assurance Maladie-Invalidité (Inami), et a ensuite été validée en conseil des ministres. À partir du 1er août 2022, les logopèdes qui n’ont pas accepté l’accord pourront donc facturer des suppléments à leurs patients.

Jusqu’alors fixés à 28,33 euros par séance de minimum 30 minutes, les tarifs ont été augmentés à 29,28 euros, sur base de la seule indexation, avec la nouvelle convention. La quote-part du patient est de 5,50 euros et les 23,78 euros restants sont remboursés par l’assurance soins de santé obligatoire. Les associations de logopèdes réclamaient une revalorisation du secteur pour atteindre 33,40 euros par consultation de base. Elles avaient dès lors refusé, en commission, de signer la convention sectorielle pour le 1er janvier, qui est aujourd’hui imposée sans leur accord. C’est la première fois qu’un consensus n’a pas pu être trouvé.

Les logopèdes qui ne sont pas conventionnés sont, quant à eux, libres de fixer leurs propres tarifs et ils peuvent facturer un supplément à charge du patient. Du côté de la Mutualité chrétienne, on s’attend « à ce que ce supplément s’élève probablement à 4,12 euros, ce qui porte le coût total pour le patient à 9,62 euros par séance »

Un crédit à taux réduit pour la rénovation des logements en Région bruxelloise

Ce qui change également ce 1er août: les propriétaires occupants ou locataire en Région bruxelloise pourront bénéficier d’un crédit à taux réduit pour la rénovation des logements.

Concrètement, le taux de ce crédit, appelé « Ecoreno » sera fixé à 0 ou 1% en fonction des revenus du demandeur. Il couvrira le financement des travaux d’isolation du bâti, de sécurité, de salubrité, ainsi que les travaux d’aménagement liés à l’autonomie. L’emprunt sera accordé à condition que le ménage ne dépasse pas un montant maximal de revenus. Pour une personne isolée ou une famille monoparentale, il sera plafonné de 61.049 à 81.049 euros en fonction du nombre de personnes à charge (de 0 à 4). Pour les autres ménages, le plafond sera fixé de 77.699 à 97.699 euros selon la composition du ménage.

Partner Content