Marie-Christine Marghem © belgaimage

Marie-Christine Marghem, éjectée de la majorité à Tournai

Christophe De Caevel
Christophe De Caevel Journaliste Trends-Tendances

La liste conduite par la ministre fédérale de l’Energie chute de 7,5% et est renvoyée dans l’opposition, au profit d’Ecolo. Le climat « électrique » de ces dernières semaines a lourdement pesé sur le scrutin tournaisien.

La ministre fédérale de l’Energie Marie-Christine Marghem (MR) accuse en effet une perte de plus de 7%, alors qu’elle rêvait du mayorat après avoir réuni la famille libérale (en 2012, une liste dissidente avait récolté 6% des voix). Ce résultat anéantit bien entendu ses ambitions mayorales et renvoie même le MR dans l’opposition. Conséquence : il n’y aura pas d’exflitration en douceur de la ministre de l’Energie avant la fin de la législature. Le scrutin tournaisien aura été bien cruel pour les ministres puisque le ministre-président de la fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte (PS), est lui aussi renvoyé sur la touche. Tête de liste et bourgmestre sortant, il est en effet devancé en voix de préférence par le député Paul-Olivier Delannois, qui fut son faisant fonction durant la mandature communale. Celui que l’on surnomme « le sheriff » en raison de son implication dans les problèmes de sécurité deviendra donc le prochain bourgmestre de Tournai. Le PS a perdu 6% mais il reste largement en tête. Il a rapidement conclu un accord de coalition avec Ecolo, grand vainqueur du scrutin avec un gain de 4 sièges.

Partner Content