Stéphane Moreau: la plupart de ses opérations sont masquées. © ANTHONY DEHEZ/belgaimage

L’incroyable résilience de Stéphane Moreau

Stéphane Moreau, l’homme fort de Nethys est toujours en place. Liège lui a commandé de ne pas vendre, alors que la Région presse Publifin de se défaire de ses activités concurrentielles.

Deux ans après l’éclatement du scandale Publifin et quelques mois après des élections communales qui ont à peine ébréché le pouvoir des propriétaires de « la plus grande intercommunale du monde », où en est-on? Le distributeur de gaz et d’électricité Resa est retourné au public et versera dorénavant des dividendes à la Province de Liège et aux communes associées, au lieu de renflouer Voo. A bonne source, fin juin, le résultat net de Voo était à moins cinq millions, éventuellement moins dix millions d’euros pour la fin de l’année.

La vingtaine de cadres surpayés de Nethys a dû passer sous les fourches caudines du décret « gouvernance » de la Région wallonne et se contenter d’un peu moins de 300.000 euros brut par an. Le malin Daniel Weekers a quitté le navire, pendant que Be TV, sa création, se disloque à Bruxelles. Stéphane Moreau, qui avait déclaré devant témoins: « Ce que je gagne n’atteint pas le salaire de John Porter » (environ deux millions d’euros par an pour le patron de Telenet), a toujours les pleins pouvoirs. « Il y a une nuance que vous ne saisissez pas », a-t-il expliqué récemment à huit syndicalistes de Nice-Matin: « Le CA de Publifin ne décide pas à la place du CA de Nethys ». Il a cependant contesté avoir prononcé cette phrase qui révèle l’ambiguïté du statut de Nethys, société privée dépendant ultimement – mais si peu, en réalité – de Publifin. Si le CEO de Nethys s’est affranchi des partis politiques, il reste proche de Jean-Claude Marcourt (PS) et de Daniel Bacquelaine (MR). Selon une rumeur insistante, l’accord PS-MR à la Ville de Liège contient une clause secrète portant sur la « non-agression » de Stéphane Moreau.

En pleine restructuration, L’Avenir n’a pas connu le meilleur de ses cent ans d’existence sous pavillon liégeois. Racheté au prix fort par Nethys (25 millions d’euros) en 2014, alors que Rossel (Le Soir, Sudpresse) en proposait quinze, IPM (La Libre, La DH) en demanderait seulement dix en 2018. Dans le sud de la France, même attitude à l’égard d’un candidat repreneur des groupes de presse Nice-Matin (dont Nethys détient 34% des parts) et La Provence (11%). Le maître de la rue Louvrex n’est pas un gestionnaire conséquent, ce n’est pas lui faire injure de l’écrire, mais un homme de « coups », un joueur de Monopoly passionné par la spéculation immobilière. L’immeuble niçois l’intéresse.

Colossaux frais de bouche

Chez Ogeo Fund, il a laissé ses partenaires anversois de Land Invest Group puiser dans la caisse pour leurs honoraires et colossaux frais de bouche: 719.507 euros de restaurant pour la période 2014-2017. A Liege Airport, qu’il contrôle à 51%, Moreau lorgnait les 400 hectares d’anciens terrains militaires que la Région wallonne (Sowaer) lui a refusé. Il a pris la tête de L’Intégrale Luxembourg (gestion de plans de pension) via Credis (Publifin), loin du regard inquisiteur de Namur. La plupart de ses opérations sont masquées, comme le management buy-out (rachat d’une entreprise par ses cadres dirigeants) envisagé pour Voo, Elicio et Win. Valérie De Bue (MR), la ministre des Pouvoirs locaux, avait fixé un deadline (15 décembre) pour que Publifin définisse le périmètre de ses activités. Après cette mise en demeure, va-t-on vers l’envoi d’un commissaire spécial? Entre-temps, la bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion (PS), est devenue la nouvelle présidente d’Enodia, ex-Publifin, ex-Tecteo, ex-Ale.

A Liège, Alain Mathot (PS) n’a pas eu la même trajectoire de résilience que Stéphane Moreau. Certes, le procès Intradel lui a été épargné grâce à une étrange majorité PS/ N-VA à la Chambre, mais il a dû faire une croix sur ses ambitions politiques. La justice liégeoise a confirmé incidemment qu’il avait bien reçu un pot-de-vin de 720.000 euros en provenance de la société qui a construit l’incinérateur de Herstal.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content