L'ex Premier ministre du Togo, Gilbert Houngbo, élu à la tête de l'OIT -2 © belga

L’ex Premier ministre du Togo, Gilbert Houngbo, élu à la tête de l’OIT -2

(Belga) L’ancien Premier ministre du Togo, Gilbert Houngbo, a été élu vendredi à la direction générale de l’Organisation internationale du travail (OIT) et devient le premier Africain à diriger cette institution, avec pour ambition de préserver les progrès accomplis ces dernières décennies en matière de justice sociale.

Il a été élu au second tour par les membres du Conseil d’administration représentant les Etats et les organisations d’employeurs et d’employés, l’OIT ayant la particularité d’être une organisation tripartite. Gilbert Houngbo, 61 ans, est natif d’une préfecture rurale du Togo, et a passé la majorité de sa carrière dans les organisations internationales, où il est vu comme un haut fonctionnaire chevronné. Il prendra ses fonctions début octobre, succédant à l’ancien syndicaliste britannique Guy Ryder, en poste depuis 10 ans et qui a atteint la limite des deux mandats. M. Houngbo préside actuellement le Fonds international de développement agricole (FIDA) à Rome. Mais il connait très bien l’OIT où il a occupé le poste de directeur adjoint (2013-2017) en charge des Opérations sur le terrain. Ancien secrétaire général adjoint des Nations unies, directeur du Programme des Nations unies pour le Développement (Pnud), il a été également membre de l’équipe stratégique et directeur administratif et financier de l’organisation. Le prochain patron de l’OIT aura pour lourde tâche de faire adapter les normes de cette organisation centenaire à un marché du travail en pleine mutation sous l’effet des nouvelles technologies. D’autant que la pandémie de Covid-19 a donné un coup d’accélérateur aux technologies de télétravail qui permettent d’abolir les barrières géographiques et de travailler en équipe à distance. Dans sa candidature, il avait souligné que sa vision de l’OIT s’inspire du préambule de la Constitution de l’organisation: « Attendu qu’une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale ». (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content