© Le Vif

« Les vaccins actuels ne permettent pas d’envisager une obligation »: la phrase de l’année ? Votez !

Mélanie Geelkens
Mélanie Geelkens Journaliste, responsable éditoriale du Vif.be

Choquante, interpellante, inspirante… Quelle a été la phrase de l’année ? Votez pour celle qui vous a le plus marqué, jusqu’au 23 décembre prochain. Et repassez en revue, par la même occasion, l’actualité de l’année écoulée.

Publiée le 16 novembre dernier, l’interview d’Yves Coppieters (ULB) aura directement été l’un des articles les plus lus de l’année sur le site du Vif. L’épidémiologiste y évoque le fait qu’avant de rendre un vaccin obligatoire à toute une population, il faut d’abord s’assurer de son innocuité, ce qui n’est selon lui pas le cas pour l’instant.

Une phrase qui semble donc avoir particulièrement résonné, alors que le débat sur la vaccination obligatoire pour toute la population revient désormais régulièrement dans les discussions politiques. Le prochain Codeco, prévu le 22 décembre prochain, devrait d’ailleurs pour la première fois aborder cette question. Le Premier ministre Alexander De Croo y serait opposé, mais d’autres souhaitent son imposition, comme le CD&V.

Le personnel soignant, lui, ne devrait pas y échapper: les non-vaccinés d’ici le printemps prochain pourront être licenciés.Piqué ou viré.

Cette citation d’Yves Coppieters sera-t-elle la phrase de l’année et détrônera-t-elle Georges-Louis Bouchez, actuellement en tête ? Votez via le formulaire ci-dessous et découvrez ici les 19 autres phrases marquantes de l’année 2021.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content