Les frères Gottschalk ne seront jamais rejugés… ni innocentés

Mélanie Geelkens
Mélanie Geelkens Journaliste
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

La Cour de cassation vient de rejeter leur demande de révision du procès des frères Gottschalk.

 » Le 22 juillet 2022, ce sera la fin de ma liberté conditionnelle. Si je n’ai pas été innocenté d’ici là, je tuerai tout le monde. » Marco Gottschalk ne sera pas innocenté le 22 juillet prochain. Pas davantage que son frère, Francis: la Cour de cassation vient de rejeter leur demande de révision de leur procès. Il s’agissait de la deuxième procédure initiée par les Liégeois, qui, en 2000, avaient été condamnés respectivement à vingt et quinze ans de prison pour entrave méchante à la circulation ayant entraîné le décès du jeune Sébastien Welsch, en 1992.

Au terme d’une enquête pour le moins lacunaire et d’un procès interpellant, comme Le Vif en avait fait le long récit dans son premier mook, en décembre dernier. Francis et Marco Gottschalk avaient toujours nié s’être trouvés dans la voiture ayant provoqué cet accident de scooter. Aucune preuve n’avait d’ailleurs pu les confondre. Mais ils s’étaient très mal défendus (refusant, par exemple, d’être représentés par un avocat, et comparaissant en…training). Plutôt que d’exprimer des regrets factices pour des faits qu’ils clament ne pas avoir commis, les frères Gottschalk ont été (quasi) à fond de peine. Mais, depuis leur libération, ils multiplient les démarches pour être innocentés. Leur demande de révision, introduite en juillet dernier devant la Cour de cassation, avait pour objectif de pouvoir organiser un nouveau procès d’assises. Mais son président a estimé que les éléments soulevés par l’avocat des frères, Me Simonis, n’étaient pas recevables et que le témoin qui affirmait que les Gottschalk n’étaient pas dans la voiture s’est manifesté trop tardivement. Etonnamment, ce dossier n’aura donc pas été renvoyé vers la commission spéciale chargée d’étudier les requêtes en révision, créée en 2018… notamment à la suite des lacunes de l’affaire Gottschalk. La justice, à nouveau, semble incapable de reconnaître d’éventuelles erreurs. Que fera Marco Gottschalk, le soir du 22 juillet 2022?

Partner Content