Extinction Rebellion © AFP

L’écocide, un crime international? Les activistes d’Extinction Rebellion pointent du doigt les lobbyistes

Le Vif

Une douzaine de militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion ont bloqué, lundi matin, l’entrée du bâtiment Berlaymont de la Commission européenne à Bruxelles, en collant leurs mains aux portes d’entrée avec de la glue. Ils demandent l’introduction immédiate d’une loi sur l’écocide aux niveaux national et européen. L’action a débuté à 08h00 lundi matin. Les services de sécurité de la Commission européenne et la police sont sur place.

« Les entreprises et les lobbyistes doivent être nommés, tenus responsables et poursuivis pour leurs actions », a déclaré Aktis de Extinction Rebellion France. Selon le mouvement écologiste, cela nécessiterait un élargissement du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, mais l’écocide doit être inclus comme un cinquième crime international, aux côtés du génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre.

Le mouvement a également souligné que l’Union européenne est en train de mettre à jour sa législation sur les crimes environnementaux pour la première fois depuis 2008, mais il regrette que la proposition de la Commission ne mentionne pas l’écocide.

Partner Content