Le biostatisticien de la KUL Geert Molenberghs. © Belga

Le variant omicron devrait désormais être dominant

La part du variant Omicron dans les nouvelles contaminations au coronavirus est sésormais environ égale à celles causées par le variant delta. Le premier devrait désormais prendre la main, a affirmé samedi le biostatisticien Geert Molenberghs interrogé par la chaîne de télévision flamande VTM.

D’ici la fin de l’année, 90 à 95% des contaminations devraient être dues au variant omicron, a prédit le professeur Molenberghs, qui donne cours à l’université de Hasselt (‘UHasselt) et à l’université catholique de Louvain (KULeuven).

Les chiffres des contaminations au Covid-19 sont actuellement sur une pente descendante, mais qui se fait moins marquée sur base quotidienne, a pointé le biostatisticien. Si cela continue, viendra un moment où les contaminations repartiront à la hausse comme on l’observe à l’étranger, a-t-il souligné

Partner Content