© BELGA

Le roi en visite auprès des forces spéciales belges

Le roi s’est rendu mercredi au quartier Commandant de Hemptinne à Heverlee, près de Louvain, une caserne qui abrite plusieurs unités de la composante Terre, dont le groupe des forces spéciales (SFG).

Le souverain a été accueilli à son arrivée par le vice-chef de la Défense (VChod) – le « numéro deux » des forces armées -, le vice-amiral Michel Hofman. Il a assisté à des démonstrations, dont une menée par les hommes du SFG, une petite unité d’élite qui est notamment à même d’intervenir lors de prises d’otages. Le roi s’est aussi intéressé à la nouvelle « réserve entraînée » de la composante Terre.

Le roi en visite auprès des forces spéciales belges
© BELGA

Un projet-pilote a été lancé par le bataillon 12ème de Ligne Prince Léopold-13ème de Ligne de Spa, qui a notamment engagé certains réservistes dans le cadre de l’opération « Vigilant Guardian » (OVG), menée en appui à la police fédérale.

Le roi en visite auprès des forces spéciales belges
© BELGA

Visites de travail régulières effectuées par le Roi à la Défense

Le concept qui devrait à terme s’élargir en vertu de la « vision stratégique » qui dessine les contours futurs de l’armée à l’horizon 2030, approuvée en juin 2016 par le gouvernement. Elle prévoit en effet de recourir davantage à une réserve « réactivée » afin de « fournir une capacité supplémentaire ponctuelle en période d’engagement (opérationnel) soutenu ».

La composante Terre a donc entrepris de mettre sur pied une réserve opérationnelle, largement négligée depuis la fin de la Guerre froide et la professionnalisation de ses effectifs – en baisse constante. Elle projette de créer cinq compagnies d’infanterie légère (environ cinq fois 120 personnes), chacune d’entre elles étant rattachée à un bataillon de manoeuvre. Cette visite royale « cadre dans les visites de travail régulières que le Roi effectue à la Défense », selon le Palais.

Le roi en visite auprès des forces spéciales belges
© BELGA

Partner Content