F.C avait été pris à tort pour l'"homme au chapeau".

Le procès des auteurs présumés des attentats à Bruxelles débutera dans six mois

Le Vif

Six ans après les attentats de Bruxelles qui ont fait 32 morts et 300 blessés, le procès se prépare.

Le procès des auteurs et co-auteurs présumés des attentats à Bruxelles débutera dans six mois, avec l’audience préliminaire le 12 septembre, devant la cour d’assises de Bruxelles, qui siégera dans les anciens bâtiments occupés par l’Otan à Haren. La salle d’audience qui accueillera les débats est déjà fonctionnelle, a pu indiquer à Belga le parquet fédéral. Elle devrait déjà être utilisée pour le procès du volet belge des attentats à Paris, qui débutera le 19 avril.

Les autorités belges ont inauguré, en décembre 2020, le Justitia, nouveau bâtiment de justice aménagé spécialement pour le futur procès des auteurs présumés des attentats à Bruxelles, dans des bâtiments de l’État belge à Haren, occupés auparavant par l’Otan. Depuis, plusieurs grands procès s’y sont tenus, ainsi que les audiences de la chambre du conseil et de la chambre des mises en accusation dans le dossier des attentats à Bruxelles.

En 2021, de nouveaux travaux ont été effectués pour aménager une salle suffisamment grande pour accueillir toutes les parties au procès des attentats: les accusés, les avocats de la défense, les juges, les greffiers, les huissiers d’audiences et les jurés, mais aussi les procureurs fédéraux, les victimes constituées partie civile et leurs avocats. Cette salle est déjà fonctionnelle, a pu annoncer le parquet fédéral vendredi.

Elle sera inaugurée avec le procès, en avril, des prévenus du dossier belge de l’enquête sur les attentats à Paris. Quant à la salle d’audience qui a servi aux précédentes étapes de la procédure du dossier des attentats à Bruxelles (en chambre du conseil et en chambre des mises en accusation), elle servira de salle de presse lors du procès d’assises. Cette session d’assises particulière, annoncée pour une durée de six à neuf mois, débutera le 12 septembre avec une audience préliminaire destinée à fixer la liste des témoins à entendre.

Se déroulera ensuite, le 10 octobre, le tirage au sort des jurés. Un grand nombre de citoyens seront convoqués. Il est prévu de choisir 36 jurés, 12 effectifs et 24 suppléants. Les débats en eux-mêmes commenceront ensuite le 13 octobre. Dix hommes sont accusés. Il s’agit de Salah Abdeslam, d’Oussama Atar (qui serait décédé en Syrie), de Mohamed Abrini, de Sofien Ayari, d’Osama Krayem, d’Ali El Haddad Asufi, de Bilal El Makhoukhi, d’Hervé Bayingana Muhirwa et des frères Smail et Ibrahim Farisi. Ils devront répondre de participation aux activités d’un groupe terroriste ainsi que d’assassinats et de tentatives d’assassinat dans un contexte terroriste. Certains n’auront à répondre que de participation aux activités d’un groupe terroriste. Salah Abdeslam, Mohamed Abrini, Sofien Ayari, Osama Krayem et Ali El Haddad Asufi, qui comparaissent actuellement comme accusés en France, au procès des attentats à Paris, seront remis à la Belgique au cours du mois de juillet. Du côté de la partie civile, 960 personnes se sont constituées, parmi lesquelles des victimes, des associations de victimes et des proches de victimes décédées. Quelque 310 personnes se sont également constituées en tant que parties lésées.

Partner Content