En cause, principalement: trois crises simultanées, liées à la pandémie, à l'invasion de l'Ukraine, et à l'inflation, selon le ministre bruxellois des Finances, Sven Gatz (Open Vld). © Belga

Le parlement bruxellois valide un ajustement budgétaire de 357 millions d’euros, le déficit se creuse

Le Vif

Le parlement bruxellois a validé vendredi, à majorité contre opposition, l’ajustement budgétaire proposé par le gouvernement Vervoort pour l’année en cours, le premier élaboré au printemps, depuis 2012. En cause, principalement: trois crises simultanées, liées à la pandémie, à l’invasion de l’Ukraine, et à l’inflation, selon le ministre bruxellois des Finances, Sven Gatz (Open Vld). Conséquence: un déficit supplémentaire de 357 millions d’euros.

L’enveloppe initiale de 30 millions d’euros destinée à la gestion de la crise liée au Covid a été augmentée de 195 millions pour atteindre 225 millions. Pour l’invasion de l’Ukraine, une provision de 100 millions a été prévue, tandis que pour l’inflation et les dépassements d’index, l’ajustement budgétaire a inclus 101,8 millions destinés à la masse salariale, soit 44,8 millions de plus que le budget initial. Il importe d’y ajouter 19 millions pour l’indexation des dotations des commissions communautaires et des accords sectoriels.

   Le déficit budgétaire pour 2022 passe de 1,13 milliard dans le budget initial à 1,49 milliard dans le budget ajusté. Sur ce montant, 674 millions sont maintenus hors budget, soit 103 millions de plus que prévu initialement.

   A l’automne, les crédits de dépenses pourront être ajustés en redistribuant les moyens qui auront été sous-utilisés, a soutenu le ministre des Finances, sans rassurer l’opposition.

Partner Content