© Eric Lalmand/Belga

Le nucléaire belge réduit à la moitié de sa capacité

Le Vif

Le parc nucléaire belge ne fonctionnera plus qu’à la moitié de sa capacité fin mars, rapportent mercredi L’Echo et De Tijd.

Après Doel 3 et Tihange 2, à l’arrêt depuis l’été à la suite de la découverte de défauts, le réacteur nucléaire numéro un de Tihange sera stoppé le 30 mars, jusqu’au 21 mai inclus.

L’extinction du réacteur a été programmée par Electrabel « pour une opération d’entretien ». Le groupe assure que l’opération ne l’empêchera pas d’approvisionner ses clients.

Par ailleurs, l’acier de la cuve du réacteur sera testé pendant les manoeuvres d’entretien. A la demande de l’Autorité fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), « nous allons effectuer les mêmes tests par ultrasons que ceux réalisés l’été dernier sur Doel 3 et Tihange 2 », confirme une porte-parole de la société.

Ces tests avaient abouti à la découverte de près de 8.000 fissures dans l’acier des cuves de Doel 3 et Tihange 2. L’impact de ces microfissures, dues à l’hydrogène, sur la sécurité des réacteurs est actuellement analysée.

Avec Belga

Partner Content