Steven Van Gucht

« Le nombre de morts causés par le coronavirus n’est pas une science exacte »

Arno Meijnen Journaliste Knack

En Belgique, 20 % des décès en dehors des hôpitaux seraient causés par le coronavirus. Aucun test de laboratoire n’a été réalisé pour confirmer l’infection par le virus, elle est seulement « suspectée ». Explications de Steven Van Gucht, le porte-parole interfédéral dans la lutte contre le coronavirus.

« Contrairement aux Pays-Bas, à la France et à l’Italie, la Belgique communique aussi des chiffres sur les décès suspectés d’être des cas COVID-19« , déclare le virologiste Steven Van Gucht. « Il s’agit de décès en dehors de l’hôpital. En termes anglais, nous les appelons les ‘community deaths’, les personnes qui décèdent dans la communauté. »

Le nombre de décès causés par le COVID-19 n’est donc pas exactement connu ?

Van Gucht: « C’est vrai. Ces décès qui ont lieu en dehors du réseau hospitalier sont généralement des personnes très fragiles et âgées. Souvent, elles ne veulent même pas aller à l’hôpital, et elles meurent généralement rapidement. La suspicion qu’elles ont été infectées par le coronavirus est basée sur leurs antécédents de contact et leurs symptômes. En général, quelques personnes sont testées dans des résidences de soin. On sait que le virus est présent. Si certaines personnes décédées ont été en contact avec des personnes testées positivement au COVID-19, la suspicion augmente. Ces cas sont ensuite comptabilisés, bien que dans la catégorie « présumée ».

Êtes-vous certain de cette suspicion ?

Van Gucht : « Je n’ose pas donner un pourcentage, mais nous voulons avoir une vision aussi complète que possible. Les analyses pourront par après être affinées. Environ 20 % de ces décès sont probablement dus au covid-19. Mais si je prends les données les plus récentes, cela pourrait monter jusqu’à 30 % ».

Pourquoi ces décès présumés au COVID-19 sont-ils déjà ajoutés aux chiffres officiels ?

Van Gucht : « On peut être très restrictif et ne compter que les décès qui surviennent dans les hôpitaux. Mais cela ne serait pas complet. Je pense que c’est plus correct. Il faut avoir une vision complète de l’impact d’une telle épidémie.

Les personnes qui sont « supposées » décédées du coronavirus sont-elles testées ultérieurement ?

Van Gucht : « Je ne pense pas. À l’avenir, de plus en plus de personnes seront testées. Certains des décès que nous qualifions maintenant de probables seront probablement confirmés. »

(Trad: Ca.L)

Partner Content