Geert Bourgeois © BELGA

Le mandat d’arrêt contre Carles Puigdemont « plus d’un pont trop loin »

ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) est « choqué » par la décision de la justice espagnole de faire détenir le gouvernement catalan démis et d’émettre un mandat d’arrêt européen à l’encontre des cinq membres du cabinet – dont le ministre-président Carles Puigdemont – qui se trouvent encore en Belgique.

La justice espagnole a décidé jeudi de placer huit ministres catalans en détention préventive. Un mandat d’arrêt européen a été émis contre Carles Puigdemont et quatre autres ministres qui séjournent encore en Belgique.

Geert Bourgeois se dit « choqué ». « Enfermer des dirigeants démocratiquement élus, c’est aller plus d’un pont trop loin. Il faut résoudre les différends politiques via le dialogue et les instruments démocratiques tels que les élections. »

Le ministre-président se tourne à nouveau vers l’UE. « Je suis abasourdi qu’une telle chose soit possible dans l’Europe contemporaine. Je lance donc – à nouveau – un appel pressant à toutes les instances européennes à agir et à chercher avec l’Espagne et la Catalogne des solutions démocratiques à cette crise. »

Partner Content