Catherine Fonck et Maxime Prévot. © belga

Le cdH sur tous les fronts pour l’allongement du deuil lié à la perte d’un enfant

La perte d’un enfant. Un cauchemar indicible pour lequel la législation ne prévoit actuellement qu’un congé de deuil de 3 jours. Insuffisant, estime le cdH qui entend porter sur tous les fronts – au Fédéral mais aussi à la Région et à la Fédération Wallonie-Bruxelles – la question de l’allongement de ce congé.

Au Fédéral, c’est Catherine Fonck qui a déposé, l’année passée déjà, une proposition de loi visant à ce que 10 jours soient octroyés aux travailleurs concernés. D’autres textes ont été déposés, émanant du sp.a, d’Ecolo-Groen et du CD&V. L’ensemble sera débattu une première fois ce mercredi à la Chambre.

En Wallonie, une proposition de résolution, appelant elle aussi à un congé de 10 jours, est notamment défendue par la députée Mathilde Vandorpe. « Il y a 2 semaines, j’avais interrogé à ce sujet la ministre Valérie De Bue (MR) – en charge de la Fonction publique, ndlr – et elle s’était montrée ouverte, d’autant que dans sa DPR, le gouvernement prévoit que la Région soit exemplaire », a-t-elle expliqué.

« Il s’agit avant tout de reconnaître la douleur des parents. Cet allongement à 10 jours n’apaisera évidemment pas cette douleur mais il leur permettra au moins de sortir la tête de l’eau face aux contraintes administratives », a ajouté la députée humaniste selon qui, par ailleurs, le coût financier de cette mesure resterait « insignifiant ».

En Wallonie, quelque 20.000 fonctionnaires pourraient hypothétiquement en bénéficier, auxquels pourraient s’ajouter les fonctionnaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).

« Nous peaufinons actuellement le texte pour qu’il y soit également déposé, accompagné d’un 2e texte concernant les enseignants », a encore indiqué Mathilde Vandorpe.

« J’espère vraiment que la réponse humaine que nous tentons d’apporter dépassera les clivages des partis », a-t-elle conclu.

Partner Content