© Jupiter

Le boycott des stations-service fait un flop

L’appel au boycott des stations-service lancé par trois citoyens sur le réseau social Facebook n’a eu aucun impact réel sur la consommation dans les pompes à essence, affirme dimanche Olivier Neirynck, porte-parole de Brafco (Fédération belge des négociants en combustibles et carburants). Selon lui, l’appel est resté « purement virtuel ».

« Ce boycott virtuel n’a eu aucun impact sur la fréquentation des stations-service », affirme M. Neirynck, pour qui les automobilistes belges sont conscients qu’une telle action sur le seul sol belge ne peut pas avoir de conséquences réelles sur le secteur. « Et puis il a fait beau, les Belges se sont rendus dans les Ardennes ou à la mer, et les voitures ne roulent pas encore à l’eau… »

Dimanche après-midi, 128.931 personnes avaient annoncé, sur la page Facebook « STOP à la flambée du prix des carburants », leur intention de participer au boycott.

Les instigateurs de l’action ont appelé les Belges à ne pas faire le plein de carburants du vendredi 15 avril au lundi 18 avril inclus. Ils souhaitent créer un mouvement de masse et invitent les automobilistes à n’acheter que la quantité minimale d’essence nécessaire à leurs déplacements.

Une action avant tout symbolique qui a pour objectif, selon Olivier Pirson, l’un des organisateurs cités par plusieurs médias, « d’ennuyer les dirigeants et les grandes entreprises pétrolières » et de « réveiller le citoyen belge ».

Le Vif.be, avec Belga

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content