© Belga

La Ville de Bruxelles proposera un budget 2017 en équilibre, mais ce fut « difficile »

Le collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Bruxelles proposera lundi au conseil communal d’approuver un projet de budget pour l’année prochaine en équilibre, mais après une année 2016 qui fut très difficile, dans le contexte du lockdown et des attentats, son élaboration ne fut guère aisée, ont affirmé jeudi le bourgmestre Yvan Mayeur (PS), l’échevin des Finances Philippe Close (PS) et le premier échevin Alain Courtois (MR). De l’aveu des deux premiers, il fut même envisagé de le proposer en déficit.

Les projets basés depuis le début de la mandature communale sur la proximité seront poursuivis sans hausse des additionnels communaux à l’IPP -toujours fixés à 6%, soit le taux le plus bas de la Région-capitale et au précompte immobilier, ni d’augmentation de taxes.

Le budget de la principale commune de la Région bruxelloise pour 2017 porte sur quelque 770 millions d’euros, hors zone de police et hors CPAS. Il s’affichera en très léger boni (70.000 euros) au prix d’une augmentation limitée des dépenses (0,5%). Près de 50% de ces moyens seront consacrés au personnel (plus de 8.000 employés hors police et hors CPAS). Les frais de fonctionnement – près de 11% des dépenses – seront sous surveillance étroite (+0,2%). Les dépenses de transfert (32,4% du total) seront consacrées pour près de moitié à la dotation de zone de police de Bruxelles-Ixelles (114,6 millions) et plus du quart au CPAS (67,2 millions d’euros).

La hausse de la dotation à ce dernier atteint 6%. Elle est due, selon Yvan Mayeur, à l’augmentation des demandes d’allocations, à l’indexation et au coût des pensions. La Ville de Bruxelles prend également à sa charge le coût de la dette du CPAS dans le cadre de son plan Maison de repos, pour un montant d’1,5 million d’euros. Selon Philippe Close, la dette de la Ville qui pèse 8% du budget reste largement sous contrôle. Le budget extraordinaire portera sur 120 millions d’euros subsidiés pour moitié par l’Europe, la Région et les Communautés. L’accent continuera d’être mis sur les équipements collectifs de proximité dont chaque habitant doit pouvoir bénéficier à dix minutes de chez lui, a commenté Philippe Close. Cela se traduira par de nouveaux investissements dans les écoles et dans les crèches. Ainsi, deux nouvelles crèches seront construites au nord de Bruxelles et l’école maternelle Cogge sera agrandie.

Selon Alain Courtois, il y aura des infrastructures sportives de proximité nouvelles ou remises au goût du jour: un nouveau terrain synthétique au centre sportif Croix de Guerre (Neder-Over-Heembeek); une étude en vue de l’aménagement d’une salle pour les sports de balles d’une capacité de 2500 à 3000 spectateurs, en face du Palais 12 du Heysel, …. L’expérience d’un service de nuit pour les gardiens de la paix, sera étendue du quartier de la Senne à celui des Marolles. L’asbl BRAVVO sera dotée de 17 millions d’euros, soit 13,3% de plus qu’en 2016, pour le permettre. En matière de tourisme et d’image de la Ville, une enveloppe de 2,7 millions d’euros sera notamment consacrée au démarrage de la rénovation de la Bourse et aux derniers aménagements du centre de la Mode et du Design. Une nouvelle enveloppe dotée de 2,1 millions d’euros a été prévue pour réaliser la troisième phase du plan énergie de la Ville dans le cadre de son plan climat qui continue de miser sur la diminution de la charge énergétique de ses édifices.

Partner Content