Jean-Marc Nollet © BELGA

« La sécurité doit absolument primer sur la rentabilité d’Electrabel »

Dans deux courriers adressés à Electrabel et publiés samedi par La Libre, le patron de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) s’inquiète de la « grande désinvolture » du fournisseur d’énergie dans sa gestion de la sécurité nucléaire. Des révélations qui vont « au-delà de l’entendement » pour le député Ecolo Jean-Marc Nollet, qui estime que le ministre Jambon devrait saisir la justice.

Les lettres sont adressées respectivement à Philippe Van Troeye, CEO d’Electrabel, et Isabelle Kocher, présidente du CA du fournisseur et patronne d’Engie. Jan Bens s’inquiète d’une part de « résultats effrayants » d’une étude sur la sécurité des centrales et pointe le fait « qu’Electrabel semble peu concerné par cette question ». Le patron de l’AFCN rapporte entre autres deux visites inopinées menées à Tihange au mois d’août, qui ont mis en lumière « l’incapacité d’Electrabel à réagir structurellement, rapidement et efficacement pour augmenter de manière significative le niveau de sûreté. »

« On parle de centrales nucléaires », exulte Jean-Marc Nollet pour qui l’attitude d’Electrabel est « irresponsable ». « On parle d’un risque d’incendie ou de fusion de coeur », ce qui est considéré comme un accident nucléaire grave, « et on dit qu’Electrabel s’en fiche », constate-t-il. Pour le député Ecolo, il est temps que le gouvernement, et donc le ministre Jan Jambon, saisisse la justice pour qu’elle tranche sur « ce qu’il en est des responsabilités d’Electrabel » dans le dossier. M. Nollet a déposé à cet effet une demande d’interpellation à l’attention de Jan Jambon samedi matin, le sujet devrait être abordé en commission de l’Intérieur mercredi.

Mais l’implication d’Electrabel n’est pas la seule à être mise en cause. Dans la première lettre, Jan Bens rappelle que les études de sûreté prévues dans l’arrêté royal du 30/11/11 n’ont pas été menées pour Doel 1 et Doel 2, réacteurs pourtant prolongés. « Pourquoi le gouvernement a-t-il donné son feu vert à la prolongation? Pourquoi l’AFCN a-t-elle laissé faire? », s’interroge le député. « La situation est vraiment grave », prévient-il. « La sécurité doit absolument primer sur la rentabilité d’Electrabel. Il est temps d’inverser les priorités », conclut-il.

Partner Content