La moitié des secouristes victimes de violence physique l’an dernier, selon Vias

(Belga) Trois quarts des pompiers, ambulanciers et urgentistes ont été insultés et la moitié d’entre eux a été victime d’agression physique l’année passée. Beaucoup de ces actes de violence n’ont toutefois pas de conséquences pour leurs auteurs car ils ne sont pas dénoncés. Ainsi, seuls 29% des secouristes signalent les faits les plus graves à leur hiérarchie et dans 1 cas sur 6 (16%) seulement, ils sont signalés à la police, selon les résultats d’une enquête de l’Institut Vias publiés mercredi.

Au total, 836 personnes travaillant comme pompiers, ambulanciers ou au service des urgences ont été interrogées par le biais d’un questionnaire en ligne, explique l’Institut. Il en ressort ainsi que l’agression verbale est la forme de violence et d’agressivité la plus courante, selon les répondants dont 83% ont indiqué qu’on leur avait crié dessus au cours des 12 derniers mois. Cet acte d’agressivité est également considéré comme l’un des faits les plus marquants, selon les secouristes interrogés dont près de trois quarts (74%) ont été insultés au cours des 12 derniers mois. Quinze pour cent d’entre eux se font même insulter chaque semaine, selon l’enquête. A côté des paroles, il y a les actes. L’enquête a ainsi démontré qu’une personne sur six (16%) avait également été victime d’intimidation sexuelle et avait par exemple fait l’objet de commentaires à caractère sexuel. Dix pour cent ont même été victimes d’attouchements. La moitié des répondants (50%) a par ailleurs déclaré avoir subi une agression physique au moins une fois ou plus au cours des 12 derniers mois tandis que 8% en ont souffert mensuellement. Concernant les auteurs des faits d’agression, le patient lui-même en était l’auteur dans 6 cas sur 10 (60%). Dans 17% des cas, il s’agissait d’une personne de l’entourage et dans 15% des cas, d’une personne présente sur place. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content