© Getty Images/iStockphoto

La Flandre s’interroge sur l’homosexualité

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste - traductrice newsroom Roularta

Une semaine avant le carnage d’Orlando, le vlogueur limbourgeois Ergin Arslanbas a posé la question « Que feriez-vous si votre enfant était homosexuel » à une série de jeunes passants. Les réponses pour le moins choquantes avaient suscité la polémique en Flandre.

Ce mercredi, trois jours après le massacre dans un club gay d’Orlando, un présentateur de la VRT a demandé à l’imam Brahim Laytouss et au rabbin Aaron Malinsky s’ils accepteraient que leur enfant soit homosexuel, mais ceux-ci ont tourné autour du pot sans répondre directement.

« Si la question se pose, on verra bien », a dit Malinsky. « C’est très peu probable, parce que l’éducation de nos enfants est tout un trajet. Ils ne vont pas dans les discothèques et ne subissent pas la tentation. L’orientation sexuelle ne se manifeste pas en bas âge. » Laytouss ne répond pas non plus, mais indique qu’il serait « à l’écoute ». « Il reste votre fils. Personne ne va bannir son fils ». Il ajoute tout de même que les homosexuels font partie de la communauté.

Dieu reconnaîtra les siens

Les réactions de l’imam et du rabbin font grand bruit en Flandre. Plusieurs personnalités issues du monde politique, religieux et du show-business appellent à la tolérance dans la presse. « Lors de la croisade contre les cathares en 1209, les croisés tuaient tant les catholiques que les hérétiques. ‘Tuez-les tous. Dieu reconnaîtra les siens’, déclaraient-ils à l’émissaire du pape. Je plaide pour une variante du 21e siècle : ‘Croyant ou incroyant ? Homme ou femme ? Hétéro ou LGTB ? Respectez tout le monde. Le cas échéant, Dieu reconnaîtra les sien(ne)s' », écrit ainsi le président du CPAS d’Anvers Fons Duchateau (N-VA).

Johan Temmerman, professeur à la Faculté universitaire de théologie protestante à Bruxelles, partage cet avis. « Messieurs Malinski et Laytouss, Dieu ou Allah ne vous tiendra pas rigueur d’accepter les autres, et si demain votre fils rentre en disant qu’il est homosexuel, embrassez-le et enseignez-lui la fidélité et la tendresse », écrit-il.

Prenez vos responsabilités, nom de Dieu

Même son de cloche du côté du politologue Nand De Klerck qui adresse une lettre ouverte à Brahim Laytouss et au rabbin Aaron Malinsky dans le quotidien De Morgen dans laquelle il exhorte les leaders religieux « à prendre leurs responsabilités, nom de Dieu ». « Vous prêchez la diversité, eh bien, agissez en ce sens. Walk the talk. Si vous qui êtes une source d’inspiration pour un groupe beaucoup plus important, n’arrivez même pas à dire que vous n’auriez pas de problème à avoir un fils homosexuel, nous avons un problème énorme. Un problème énorme », s’indigne-t-il.

Quant au député flamand Lorin Parys (N-VA), il souhaite inviter les leaders religieux du pays à une séance d’audition au parlement flamand autour de l’homosexualité et de la religion. « La religion est une affaire privée, mais quand elle se heurte à nos valeurs fondamentales, nous devons faire comprendre que la religion n’est pas au-dessus de la loi. Sinon, la démocratie libérale sape la pensée sur laquelle elle est fondée », estime-t-il dans une opinion parue dans De Morgen.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content