© Knack

La Commission Vie privée lance l’alerte sur la protection de données des transactions financières

Kristof Clerix
Kristof Clerix Rédacteur Knack

Wordline, l’entreprise qui régule les transactions financières automatisées à la demande des banques, ne respecte pas les règles de la vie privée. C’est ce que révèlent deux recommandations de la Commission Vie privée.

L’entreprise fait partie du groupe Atos et fournit notamment le système informatique destiné à éditer les cartes de banque. Elle traite aussi les procurations pour les opérations financières, met à disposition des centres d’appels pour bloquer les cartes et se charge du suivi des plaintes.

En 2013, Worldline a sous-traité une série de ces services à des sous-traitants du groupe Atos installés en dehors de l’Europe. Le président de la Commission Vie Privée, Willem Debeuckelaere, déclare à nos confrères de Knack que la protection des données personnelles n’est pas suffisamment garantie par contrat : « Il faut peut-être mettre fin à toute cette sous-traitance sauvage. »

Sarah Thomas, porte-parole de Wordline, souligne qu’ils n’ont « jamais constaté de problème de sécurité ou de fuite de données ». Febelfin, la fédération belge du secteur financier, précise également que « personne n’a subi de dommages ».

Partner Content