© belga

L’enquête sur les Tueries du Brabant pourrait prendre fin

Le Vif

Sans avancée réelle dans l’enquête sur les Tueries du Brabant dans les mois à venir, celle-ci prendra fin, a indiqué le parquet fédéral vendredi, confirmant une information de Het Nieuwsblad et de De Morgen. « Aucune décision n’a encore été prise pour arrêter l’enquête, mais nous avons toujours dit qu’à un moment donné il y aurait une fin, s’il apparaît que le dossier ne pourra pas être jugé à temps, avant la prescription », a déclaré Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral.

Le dossier des tueries du Brabant a été réexaminé de A à Z lorsque le parquet fédéral a repris l’enquête, en 2018. De nombreux nouveaux devoirs d’enquête ont été exécutés. Notamment, plusieurs personnes décédées ont été exhumées pour des analyses ADN. Des suspects potentiels encore en vie ont également été l’objet d’une expertise génétique. Par ailleurs, des commissions rogatoires à l’étranger ont été ordonnées, bien qu’elles aient été retardées en raison de la pandémie. Mais ces nouvelles investigations n’ont, jusqu’à présent, pas donné de résultats.

   Dans son rapport annuel de 2018, le parquet fédéral avait indiqué que l’enquête devrait être terminée d’ici 2022, car au moins trois ans seraient nécessaires pour porter l’affaire en justice et obtenir un verdict dans ce dossier, qui comprend deux millions de pages.

   Entre 1983 et 1985, des individus masqués et lourdement armés ont commis des braquages meurtriers dans des grandes surfaces du Brabant wallon et du Brabant flamand. Ils ont tué 28 personnes. L’enquête sur ces faits, parmi les plus graves que la Belgique ait connus, aurait dû être prescrite 30 ans après le dernier fait, mais une modification de la loi a donné aux enquêteurs la possibilité de prolonger les investigations jusqu’en 2025. Les Tueries du Brabant restent à ce jour l’une des principales affaires non résolues dans l’histoire judiciaire belge.

Partner Content